Partir étudier à l’étranger

Ah ! Quelle belle période la vie étudiante ! La faculté, les sorties, les copains, du temps libre et l’insouciance !

Le statut étudiant offre de nombreux avantages, des tarifs préférentiels un peu partout, les musées gratuit, un cheeseburger au Mcdo… Mais surtout il offre l’avantage de s’expatrier le temps de ses études et sachez que nous, on adore les voyages ! Alors suivez-nous, on va vous aider à partir à l’étranger.

Poursuivre ses études à l’étranger est une expérience à part dans la vie d’un étudiant. C’est à la fois l’occasion de découvrir un pays, apprendre une langue, se familiariser avec une culture différente et élargir ses connaissances tout en obtenant un diplôme au terme d’une formation. Hormis un bénéfice culturel, linguistique et humain, une telle expérience constitue un atout de taille sur votre CV pour les entreprises internationales. Vous vous démarquerez forcément des autres sans même avoir passé l’entretien, surtout si vous maîtrisez une seconde langue.

Ce genre d’aventure ouvre l’esprit et le regard sur la vie. Votre capacité d’adaptation y est décuplée au fil des mois et la confiance en vous augmente au fur et à mesure des petites actions que vous effectuez au quotidien telles que vous déplacer, acheter à manger, trouver un logement…

Cette future année se prépare à l’avance et requiert d’être méthodique et organisé. Mais ne prenez pas peur, de nombreux moyens sont à votre disposition pour vous aider dans vos recherches et vos démarches comme les universités elles-mêmes, les organismes de bourses, les sites internet, les anciens élèves qui ont poursuivi leurs études à l’étranger et qui sont maintenant expérimentés… et puis nous bien sûr, Les Fagouin’s.

France, 1er pays européen

accueillant le plus d’étudiants étrangers devant l’Allemagne (325 000 étudiants viennent en France chaque année).

France, 4ème pays au monde

accueillant le plus d’étudiants étrangers derrière les USA, le Royaume-Uni et l’Australie.

1 étudiant français sur 3

fait un séjour à l’étranger dans le cadre de ses études.

A travers cet article, nous avons regroupés, pour vous, les principales informations qu’un étudiant doit savoir avant de partir !

QUÉBEC

L'UNIVERSITÉ : La lettre d'acceptation

Vous pouvez vous inscrire directement dans une université pour y suivre un cursus complet et obtenir un diplôme québécois de niveau Baccalauréat (équivalent de la Licence française), Maîtrise (équivalent du Master français) ou Doctorat.

Vous pouvez également choisir d’effectuer une mobilité internationale le temps, généralement, d’un semestre par le biais des programmes d’échanges régis par la CREPUQ ou via les ententes bilatérales conclues entre votre établissement d’origine et une université québécoise.

Vous devez envoyer un dossier à chaque université pour laquelle vous postulez directement via leur site internet, le Canada n’ayant pas de système centralisant les demandes. Les dates limites de réception de dossier sont comprises entre le 1er janvier et le 1er mars selon les universités, il vous faudra donc vous y prendre dès le mois de Novembre. Les frais de dossier varient de 40 euros à 60 euros selon les universités.

Il vous sera demandé de justifier l’obtention de votre diplôme du Baccalauréat ainsi que votre niveau d’anglais, via les tests officiels comme l’IELTS ou le TOEFL.

Votre premier objectif est de décrocher une admission dans une université québécoise et ainsi recevoir une lettre d’acceptation. C’est le point de départ avant toutes autres démarches.

 

FORMALITÉS : Vos démarches administratives

Yes, Lettre d’acceptation reçue ! C’est le moment d’effectuer la demande de vos papiers pour entrer sur le territoire Canadien.

1- LE PASSEPORT

Si vous ne possédez pas encore de passeport, vous pouvez vous rendre dans n’importe quelle mairie proche de chez vous, à condition qu’elle soit équipée d’une station biométrique, pour en faire la demande. Vous devez être de nationalité française. Votre présence est indispensable pour procéder à la prise d’empreintes.

Le coût du passeport pour les personnes majeures est de 86 €, pour les personnes mineurs de plus de 15 ans : 42 €, et pour les mineurs de moins de 15 ans : 17 €.

 

2- LE PERMIS D’ÉTUDES

Si vous partez étudier plus de 6 mois, vous devez obtenir un permis de séjour temporaire pour étudiant, à l’ambassade canadienne située à Paris.

Ambassade du Canada en France : 35, avenue Montaigne, 75008 Paris. Tél. : 01 44 43 29 99.

Pour l’obtenir, il vous faut un passeport valide, votre lettre d’acceptation dans une institution supérieure canadienne, une preuve de votre solvabilité (il s’agit ici de prouver que vous pouvez assumer les droits de scolarité, les frais de voyage et que vous aurez au moins en poche 11 500 € pour l’année).

Des frais de dossier à hauteur de 95 € vous serons demandés. Parfois, vous devrez aussi présenter un certificat médical et un extrait de votre casier judiciaire.

 

3- CAQ : Certificat d’acceptation du Québec

Vous obtiendrez votre CAQ en remplissant le formulaire en ligne sur le site de l’immigration canadienne. Cela vous prendra 15 à 30 minutes et vous devrez présenter votre lettre d’admission, votre passeport et conservez votre carte bancaire à proximité car là aussi, des frais de dossier de 74 € vous seront demandés.

Vous êtes presque prêt pour le Québec, avec tous vos papiers en poche, il ne vous manque plus qu’à réserver le billet d’avion !

 

TRANSPORT : Comment s'y rendre

Pour espérer poser vos bagages à Québec ou Montréal, le moyen le plus rapide et économique que je connaisse est l’avion. Les vols débutent à 400€ selon la période (la plus creuse) et peuvent grimper rapidement mais la moyenne serait de 600 € l’Aller/Retour depuis Paris. Notez qu’un vol Aller est presque aussi cher qu’un vol Aller/Retour…

Une fois sur place, si vous n’êtes pas trop loin de l’université vous pouvez marcher ou prendre les transports en commun, surtout en hiver 😉 Un autre moyen de vous déplacer est l’auto-stop, ça fonctionne très bien et vous êtes directement confronté à vos nouveaux hôtes. Pour découvrir leur culture c’est plutôt bien.

 

BUDGET : Coût moyen de la vie et des études

1- LES ÉTUDES

Dans le cadre d’un programme d’échange, vous restez inscrit dans votre établissement d’attache et n’aurez donc pas à payer les frais de scolarité de l’établissement d’accueil.

Si vous décidez de partir hors programme d’échange, vous payez les mêmes droits que les étudiants canadiens non-résidents du Québec, soit l’équivalent d’environ 5 600 € par an. Ces frais de scolarité sont quand même très abordables si on compare avec ceux des États-Unis (une moyenne de 25 000 euros/an pour un étudiant étranger).

 

2- LA VIE QUOTIDIENNE

Au total, votre budget hors frais de scolarité au Québec s’élèvera en moyenne à 750 € mensuel. Le budget est sensiblement comparable à celui de la France.

Pour financer vos études vous avez plusieurs solutions. Trouver un job à temps partiel et décrocher une bourse sont les 2 plus courantes. Vous pouvez essayer de vendre votre voiture, vos vêtement voire la maison de vos parents dans les cas les plus critiques. Si vous êtes déjà riche, vous avez de la chance.

Pour une demande de bourse, vous devrez vous y prendre au moins une année avant votre départ. Pour vous renseigner, reportez vous au répertoire des bourses d’études supérieures et de recherche sur le site de l’ambassade du Canada.

 

TRAVAILLER : Jobs étudiants, réglementation

Vous avez le droit de travailler 20h/semaine pendant toute la durée de vos études. Lors des vacances scolaires inscrites au calendrier de votre université, vous avez le droit de travailler à temps plein.

Le taux horaire de rémunération actuel est d’environ 11 à 15 dollars, le minimum fixé par l’état étant de 11.72  dollars.

Le plus fréquent pour trouver un job est de postuler sur le campus. Vous trouverez aussi facilement un travail à l’extérieur du campus de l’université. Les jobs les plus répandus sont, comme dans la majorité des pays, tournés vers le service avec des postes de serveur, de vendeur, de plongeur cuisine,…

La meilleure solution est de commencer par le service des relations internationales de votre université qui propose certainement des jobs étudiants ou qui vous guidera dans vos recherches. Vous pouvez aussi consulter la presse locale dans laquelle la majorité des annonces paraissent. N’hésitez pas à postuler le plus rapidement possible afin de maximiser vos chances d’être pris. La majorité des étudiants travaille pendant leurs études et il est très facile de décrocher quelques heures par ci par là pour vivre sereinement votre année.

N’hésitez pas à utiliser les communautés Facebook et Linkedin pour trouver des bons plans.

HABITER : Comment trouver un logement

Votre premier contact pour vous aider dans la recherche d’un logement peut être le service étudiant de votre université. Vous pourrez soit réserver une chambre étudiante, soit obtenir des informations sur les organismes auxquels s’adresser. Néanmoins, sachez que pour obtenir une chambre en cité universitaire, il est recommandé d’en faire la demande au moment du dépôt de l’inscription à la fac.

  • Une chambre meublée comprenant les repas quotidiens au resto U revient de 1 800 € à 4 500 € l’année scolaire selon la situation du campus.
  • Les chambres chez l’habitant sont ce qui se fait de mieux et de moins cher. En effet, pour une chambre meublée et des repas quotidiens, le prix varie de 240 € à 480 € par mois. Attention cependant, l’organisme de placement par lequel vous passerez peut vous demander jusqu’à 120 € de commission.
  • La cohabitation est une solution très prisée et avantageuse au Québec. Les offres ne manquent pas, le prix est correct et les échanges culturels y sont bien plus intéressants. Comptez entre 150 € et 420 € pour une colocation dans le centre ville.
  • Enfin, la location d’un appartement est une dernière solution, mais pour un prix beaucoup moins intéressant. Comptez de 300 € à 900 € pour un studio rien qu’à soi.

N’hésitez pas à utiliser les communautés Facebook pour trouver des bons plans.

Il n’en reste pas moins que pour nouer des contacts la solution de la cité U ou de la coloc est la plus sympathique.

A Savoir : Nul besoin d’avoir une caution ou un emploi pour se procurer un logement, ni même de payer un loyer d’avance, seul comptent les preuves de sa solvabilité.

Pour obtenir de l’aide dans vos recherche, consultez les sites www.cic.gc.caappartalouer.comwww.voir.ca,www.lespac.comwww.louer.ca ou www.appart-zone.com.

 

SE PROTÉGER : L'assurance santé en voyage

Nul besoin de chercher longtemps pour savoir si vous devez prendre une assurance santé en arrivant au Canada, elle est tout simplement obligatoire !

Le plus simple sera de contracter une couverture avec une assurance française mais… qui vous assure à l’étranger. Vous avez le choix entre Chapka, Humanis ou encore April International et même bien plus encore. Vous trouverez certainement chaussures à vos pieds. Le prix varie selon les options choisies, le prix moyen est de 30 € par mois.

En cas de souscription lors de votre arrivée au Canada, contactez une de compagnies d’assurance privée qui vous couvrira pendant votre séjour. Votre conseiller au service des étudiants étrangers de votre université vous fournira tous les renseignements nécessaires.
Il est vivement conseiller de se prémunir en contractant à une assurance privée, les soins médicaux étant très chers au Canada.

ADRESSES ET SITES UTILES

  • ADRESSES : Les contacts utiles

Consulat de France à Québec
500 Grande Allée E
QUEBEC (QC) G1R 2J7, Canada

 

Consulat de France à Montréal
1501 McGill Collège
10ème Etage – Bureau 1000
MONTREAL (QC) H3A 3M8, Canada

 

  • WEB : Les sites à consulter

Vous pouvez consulter librement les sites suivants pour toutes vos démarches et/ou recherches d’informations. Nous les remercions également pour l’aide à la rédaction de cet article.

Immigration : www.immigration-quebec.gouv.qc.ca
L’ambassade, pour les permis d’études : www.amb-canada.fr, rubrique « Visas et immigration »
Pour votre CAQ : www.mri.gouv.qc.ca
Échanges : http://echanges-etudiants.bci-qc.ca/
Informations : www.studyrama.comwww.etudionsaletranger.frwww.digischool.com

ÉTATS-UNIS

L'UNIVERSITÉ : Inscription et formulaire DS-2019

1- INSCRIPTION SUR DOSSIER

Chaque universités a ses propres conditions d’entrée, et ses propres séries de tests d’admissions. La plupart de ces tests sont prévus au mois d’octobre ou novembre pour la rentrée suivante. Il faudra donc vous rendre rapidement sur le site de l’université en question, et aller dans la section « Applying » pour commencer votre inscription et comprendre ses attentes.

Il est aussi conseillé de postuler à des écoles de niveaux et de renommée différents afin d’avoir plus de chances d’obtenir une place.

 

2- INSCRIPTION VIA LE “COMMON APPLICATION”

La Common Application a été faite dans l’optique d’éviter aux étudiants de répéter le même processus pour chaque université américaine auxquelles ils souhaitent s’inscrire, en centralisant l’ensemble des inscriptions sous un même système. La Common Application regroupe aujourd’hui plus de 400 universités et Community College participants et il suffit de remplir un dossier en ligne qui sera envoyé aux institutions que vous aurez choisi.

 

3- INSCRIPTION VIA UN PROGRAMME D’ECHANGE

Il existe plusieurs programmes internationaux en lien avec les États-Unis et la France, tel que le programme MICEFA, le programme Education USA ou encore le programme ISEP.

Peut importe le chemin d’inscription que vous choisirez, il vous sera demandé de justifier l’obtention de votre diplôme ainsi que votre niveau d’anglais, via les tests officiels comme l’IELTS ou le TOEFL.

Une fois votre lettre d’acceptation reçue, votre futur établissement vous enverra un formulaire spécial, le DS-2019 (ou le l-20), qui vous permet de faire une demande de visa par la suite. Les démarches sont à faire au moins 3 mois à l’avance. C’est le point de départ avant toutes autres démarches.

FORMALITÉS : Vos démarches administratives

Yes ! Lettre d’acceptation reçue ! C’est le moment d’effectuer la demande de vos papiers pour entrer sur le territoire américain. Votre rêve approche, encore un petit effort !

1- LE PASSEPORT

Si vous ne possédez pas encore de passeport, vous pouvez vous rendre dans n’importe quelle mairie proche de chez vous, à condition qu’elle soit équipée d’une station biométrique, pour en faire la demande. Vous devez être de nationalité française. Votre présence est indispensable pour procéder à la prise d’empreintes.

Le coût du passeport pour les personnes majeures est de 86 €, pour les personnes mineurs de plus de 15 ans : 42 €, et pour les mineurs de moins de 15 ans : 17 €.

 

2- SYSTÈME D’INFORMATION SEVIS

Il permet de regrouper toutes les informations concernant une personne à propos de son dossier universitaire via le formulaire I-901. C’est le système de recensement des étudiants. L’inscription est obligatoirement à faire avant la demande du visa. La somme s’élève à 180 € pour les Visas J-1 (stages et échanges universitaire) et 148 € pour un visa F1 ou M1
A savoir également : l’acquittement doit être versé avant l’entretien à l’Ambassade des Etat-Unis à Paris.

Une fois votre formulaire DS 7002 et DS-2019 reçu, rendez-vous sur ce site pour régler vos frais SEVIS : Fmjfee.com

 

3- LA DEMANDE DE VISA

Si vous souhaitez partir aux États-Unis dans le cadre d’un échange scolaire ou pour faire un stage, c’est le visa J1 que vous devrez vous procurer. Ce visa vous donne l’autorisation temporaire de travailler aux États-Unis et d’être rémunéré. C’est celui que nous allons détailler juste après.

Si vous partez étudier hors échanges universitaire, le visa F1 vous concerne. Il est destiné aux études générales ou linguistiques. Il nécessite plusieurs formulaires : Le DS-156, obligatoire pour tout le monde, le DS-157, pour les hommes de 16 à 45 ans et le DS-158, pour les visas F ou J. Attention, ce type de visa ne vous permet pas de travailler sur le territoire lors de votre première année d’études (seulement sur le campus à raison de 20h/semaine).

Le visa M1 est requis pour les études professionnelles ou spécialisées.

Revenons au Visa J1. Voici la décomposition de la démarche à effectuer auprès de l’ambassade américaine en France. (Adresse de l’ambassade : US CONSULAR SECTION, Visa Service, 18 Avenue Gabriel, 75008 PARIS, Tél : 01 43 12 22 22).

Elle est composée de 4 étapes :

– Remplissage du formulaire DS160 et voici un site internet ici qui vous aide à le remplir. Toute la procédure y est détaillée.

– Prise de rendez-vous avec l’ambassade
Une fois le DS 160 rempli vous devez créer votre compte sur ce site ici. Cliquez sur “Postuler” puis “Créer un nouveau compte”. Enregistrez-vous et gardez bien vos identifiants ! Puis choisissez une date et une heure de Rdv. Il faudra, à ce moment, faire le paiement par carte bancaire des frais d’ambassade de 152 €. Vous recevrez un email vous confirmant la date et heure du Rdv.

– Préparation de vos documents

  • Votre passeport
  • Le formulaire original DS 7002
  • Le formulaire original DS 2019 (ou I-20)
  • La page de confirmation du DS 160 avec récépissé du paiement
  • Le récépissé du paiement SEVIS
  • Tous les documents attestant votre solvabilité (lettre de banque par exemple) et votre retour en France(billet retour avion, prochaine inscription scolaire,…)
  • Une photo d’identité récente au format 5×5 (Plus de détails ici)

– L’entretien Oral
Avant de recevoir votre visa étudiant, l’ambassade des Etats-Unis située à Paris vous convoquera, dans le cadre d’un court entretien oral d’une dizaine de minutes, afin de vérifier vos motivations. L’ambassade des Etats-Unis attend de vous que vous répondiez seul aux questions. La conversation sera surement en anglais, bien qu’elle soit quelques fois en français. Vous devrez répondre à une série de questions en prouvant que vous ne cherchez pas à vous installer durablement aux États-Unis. Donnez des réponses brèves et claires sans rentrer dans les détails.

Les questions qui peuvent être posées : Pourquoi voulez-vous aller étudier aux Etats-Unis ? A quelles universités avez-vous postulé et lesquelles vous ont accepté ? Comment compter vous payer vos frais universitaires ? Ainsi que vos dépenses sur place ? Où allez-vous vivre durant vos études aux USA ? Ce que vous avez prévu de faire avec le diplôme que vous préparez ?

Ainsi toute présomption d’immigration doit être écartée par l’officier consulaire. Les entretiens ne se font qu’à Paris pour la France et vous saurez aussitôt si votre visa est accepté ou non. Si oui, vous le recevrez sous 3 à 4 jours.

 

Vous êtes presque prêt pour le rêve américain, avec tous vos papiers en poche. Et bonne nouvelle, fini les paperasses administratives hormis peut-être pour une demande de bourses. Il ne vous manque plus qu’à réserver le billet d’avion !

TRANSPORT : Comment s'y rendre

Pour espérer poser vos bagages sur le continent américain, le moyen le plus rapide et économique que je connaisse est l’avion. Les vols débutent à 300 € selon la période pour la côte Est (New York, Washington, Miami) et peuvent grimper jusqu’à 700 € et plus mais la moyenne serait de 400 € l’Aller/Retour depuis Paris.

Pour la côte Ouest (Los Angeles, San Fransisco, San Diego…), les vols débutent à 500 € selon la période et peuvent grimper jusqu’à 900 € et plus mais la moyenne serait de 600 € l’Aller/Retour depuis Paris.

Notez qu’un vol Aller est presque aussi cher qu’un vol Aller/Retour… Réservez à l’avance pour profiter de tarifs avantageux.

Une fois sur place, si vous n’êtes pas trop loin de l’université vous pouvez marcher, faire du vélo ou prendre les transports en commun. Un autre moyen de vous déplacer est l’auto-stop, ça fonctionne très bien et vous êtes directement confronté à vos nouveaux hôtes. Pour découvrir leur culture c’est plutôt bien.

BUDGET : Coût moyen de la vie et des études

1- LES ÉTUDES

Toutes les études supérieures sont payantes, que les universités soient privées ou publiques. Vous devrez donc vous acquitter d’un droit d’entrée en moyenne de 10 000 à 15 000 dollars pour les établissements publiques et 30 000 dollars pour les privés.

Heureusement, de nombreuses bourses d’études permettent de compenser le prix faramineux de la scolarité. Près de la moitié des étudiants américains ont pu intégrer l’université grâce à une bourse, les 50% restant ayant simplement les moyens financiers de s’inscrire sans passer par là. Par exemple, la commission franco-américaine FullBright offre des bourses d’études de 6 000 à 45 000 dollars aux étudiants français souhaitant obtenir un diplôme de niveau Master ou PhD aux États-Unis (sélection sur dossier). Pensez aux bourses françaises comme le conseil général, le conseil régional, le CROUS et les organismes privés comme le Rotary club.

 

2- LA VIE QUOTIDIENNE

Au total, votre budget hors frais de scolarité, aux États-Unis, s’élève en moyenne à  1 000 € mensuel en logeant dans une résidence universitaire comprenant (sport, nourriture, assurance, avion, loisirs). Ajoutés au frais de scolarité, le budget commence a grimper sévère.

Pour financer vos études vous avez plusieurs solutions. Trouver un job à temps partiel et décrocher une bourse sont les 2 plus courantes. Vous pouvez essayer de vendre votre voiture, vos vêtement voire la maison de vos parents dans les cas les plus critiques. Si vous êtes déjà riche, vous avez de la chance.

TRAVAILLER : Jobs étudiants, réglementation

Un job étudiant ne peut en aucun cas permettre de financer vos études. En effet, il vous sera demandé à votre arrivée aux Etats-Unis de prouver que vous serez capable de subvenir à tous vos besoins durant toute la durée de vos études sans travailler sur place.

Un visa J1 vous permettra de travailler n’importe où.

Un visa F1 vous permettra de travailler 20h/semaine au sein de votre campus la 1ère année d’étude. Vous pouvez donc travailler dans les cafétérias, les bibliothèques, les salles de sport, etc. Attention, les places sont chères… il faut donc s’y prendre avec beaucoup d’avance pour espérer décrocher un job sur le campus !

Après la première année de séjour, vous pourrez travailler à l’extérieur de votre campus une fois votre candidature soumise à l’INS via un formulaire. Vous pourrez alors chercher du travail où vous le souhaitez.

Le plus simple est d’être sur place pour les recherches.
Les universités ont souvent un « Career Center » c’est un endroit sur le campus qui recense beaucoup d’offre de petits jobs (baby-sitting, serveur…). Ces offres sont des offres pour un job en dehors du campus.
Les journaux locaux (comme le New-York Times, Washington Post, Chicago Tribune…) ont aussi une rubrique pour les jobs.
Il existe des agences d’État pour l’emploi. Vous aurez un accès gratuit à plusieurs annonces.

Vous pouvez aussi consulter les offres et chercher un job avant votre départ. Pour cela il faut aller sur le site du Council on international education exchange (CIEE). Cet organisme non gouvernemental encadre les étudiants étrangers.

N’hésitez pas à utiliser les communautés Facebook ou Linkedin pour trouver des bons plans.

Le salaire horaire pour un étudiant est environ de 7 dollars.

HABITER : Comment trouver un logement

Votre premier contact pour vous aider dans la recherche d’un logement peut être le housing office de votre université. Vous pourrez soit réserver une chambre étudiante, soit obtenir des informations sur les organismes auxquels s’adresser.
  • Les résidences étudiantes proposées en grande majorité par les universités (appelées dorms ou résidence halls). Dans ces résidences chaque étudiant à une chambre qu’il doit partager avec un ou deux colocataires. Les douches, cuisine et toilettes sont communes. Pour une résidence universitaire, il faut s’y prendre tôt car elles sont très prisées. Il est conseillé de faire la demande dès que vous avez reçu votre lettre d’admission. Dans la plupart des campus, vous avez la possibilité de souscrire au meal plan : en payant au début de l’année, vous aurez accès au petit-déjeuner, déjeuner et dîner tous les jours.
  • La colocation est une très bonne solution si vous avez un budget serré. Comme n’importe où, le loyer sera beaucoup plus abordable si vous le partagez avec d’autres étudiants. C’est aussi un bon moyen d’intégration lorsqu’on arrive dans un pays où on ne connait personne ! Pour les plus chanceux, comptez environ 400 à 600 dollars par mois dans une petite ou moyenne ville. Dans les grandes villes américaines, votre loyer pourra atteindre jusqu’à 1 000 dollars !
  • Loger dans une famille d’accueil est une solution très attractive, d’autant plus qu’une chambre chez l’habitant vous fera beaucoup économiser. Avant d’opter pour cette solution, pensez à bien vous renseigner sur votre famille d’accueil pour vivre dans de bonnes conditions.
  • Les auberges de jeunesses sont pratique à court terme, le temps de trouver une solution plus viable. Elles permettent de rencontrer des gens rapidement.
  • Prenez un logement privé, si vous avez les moyens de vivre seul, en faisant vos recherches par vous-même (sur ApartmentSearch par exemple), via une agence immobilière (avec ChanningRealState par exemple) ou le site Air BnB.

N’hésitez pas à utiliser les communautés Facebook pour trouver des bons plans.

 

SE PROTÉGER : L'assurance santé en voyage

Nul besoin de chercher longtemps pour savoir si vous devez prendre une assurance santé en arrivant au États-Unis, elle est obligatoire et vraiment conseillée ! Tous les étudiants admis à l’université aux États-Unis doivent prouver qu’ils sont couverts par une assurance lors de leurs études sur place. En cas de problème de santé, tous les soins sont à votre charge, et ont un coût très important comparé à chez nous. Elle sauvera votre portefeuille.

Le plus simple sera de contracter une couverture avec une assurance française, claire et lisible. De plus, vous pourrez poser toutes les questions nécessaires avant votre départ auprès de votre assureur français. Vous avez le choix entre Chapka, Humanis ou encore April International et même bien plus encore : SMENO à partir de 40 €/mois et tous vos frais couverts à 100% ou la LMDE et son “pack international”. Vous trouverez certainement chaussures à vos pieds. Le prix varie selon les options choisies, le prix moyen est de 30 € par mois.

Avant d’aller chez le médecin, pensez à contacter votre assurance en France, qui vous donnera une liste de médecins près de chez vous et vous donnera son feu vert pour la prise en charge.

Voici deux adresses d’assurances conseillées aux États-Unis HTH Worldwild et Student Resources

ADRESSES ET SITES UTILES

  • ADRESSES : Les contacts utiles

Consulat de France à New York
934 Fifth Avenue (entre 74th et 75th Street)
NEW YORK, NY 10021, USA
Tél : (+1) 212 606 3600

Ambassade de France à Washington
4101 Reservoir road,
NW Washington DC 20007, États-Unis

Ambassade des Etats-Unis en France
US CONSULAR SECTION
Visa Service, 18 Avenue Gabriel
75008 PARIS
Tél : 01 43 12 22 22

 

  • WEB : Les sites à consulter

Vous pouvez consulter librement les sites suivants pour toutes vos démarches et/ou recherches d’informations. Nous les remercions également pour l’aide à la rédaction de cet article.

Payer vos frais SEVIS : https://www.fmjfee.com/i901fee/index.html

Procédure pour un visa J1 : www.visa-j1.fr

L’ambassade de France aux USA : https://fr.franceintheus.org/

L’ambassade des USA en France : https://fr.usembassy.gov/fr/education-culture-fr/

Informations : www.studyrama.comwww.etudionsaletranger.frwww.digischool.com

AUSTRALIE

L'UNIVERSITÉ : Inscription

 1- INSCRIPTION HORS ECHANGES

Chaque universités a ses propres conditions d’entrée mais il n’y a pas de concours d’entrée. Dans 90% des cas, l’admission se fait sur dossier en fournissant vos diplômes et bulletins de notes et en remplissant les formulaires requis.

En effet, sauf pour des programmes spécifiques, les critères d’admission sont le niveau académique et votre niveau d’anglais, ce qui implique de passer un test d’anglais comme l’IELTS ou le TOEFL. Et encore, dans le cas où votre niveau académique serait trop juste, des programmes passerelles peuvent exister et si votre niveau d’anglais n’est pas suffisant, des remises à niveau sur place peuvent être organisées.

L’année universitaire commençant mi-février, la date limite d’inscription se situe généralement vers novembre/décembre. Il faudra donc vous rendre rapidement sur le site des universités sélectionnées, et aller dans la section « Applying » pour commencer votre inscription.

Voici les documents demandés pour constituer votre dossier :

– Pour vous inscrire dans une université ou TAFE, vous devrez monter un dossier solide : fiche d’inscription, notes du bac et post bac avec une traduction en anglais, diplômes du bac et post bac avec une traduction en anglais, copie de votre passeport, lettre de motivation, niveau d’anglais de moins de 2 ans (TOEFL ou IELTS academic).
Pour certaines filières il faudra ajouter un portfolio ou encore des lettres de référence.

– Pour vous inscrire dans un collège ou lycée : remplir la fiche d’inscription, relevés de notes des 2 dernières années avec une traduction en anglais, lettre de motivation manuscrite, lettre de référence d’un professeur, copie du passeport.

Si vous partez en dehors de tout programme d’échange, vous pouvez vous adresser à un soutien extérieur, il est possible de se tourner vers des agences spécialisées telles que Study ExperienceFrance australia, Études AustralieAustralie Mag.

 

2- INSCRIPTION AVEC PROGRAMME D’ECHANGE

Même s’il existe peu de programmes d’échanges internationaux entre la France et l’Australie, sachez qu’il est désormais possible d’étudier en Australie via le programme Erasmus +.

Pour partir, votre établissement vous demande de déposer un dossier de candidature à une mobilité d’études hors Europe.

Autre solution : intégrer un programme d’échanges entre votre université d’origine et une université australienne, très répandu dans les écoles privées françaises.

Les démarches seront facilités. Les cours suivis en Australie seront reconnus par votre université en France ou ailleurs, pour autant qu’il existe un accord bilatéral entre votre pays et l’Australie au niveau de la reconnaissance et l’équivalence des diplômes. C’est notamment le cas pour la France.

 

NB : Pensez à postuler dans des universités ayant des profils différents pour augmenter vos chances d’être accepté.

 

C’est le point de départ avant toutes autres démarches.

FORMALITÉS : Vos démarches administratives

Yes ! Lettre d’admission reçue ! C’est le moment d’effectuer la demande de vos papiers pour passer la douane australienne. Votre rêve approche, encore un petit effort !

1- LE PASSEPORT

Si vous ne possédez pas encore de passeport, vous pouvez vous rendre dans n’importe quelle mairie proche de chez vous, à condition qu’elle soit équipée d’une station biométrique, pour en faire la demande. Vous devez être de nationalité française. Votre présence est indispensable pour procéder à la prise d’empreintes.

Le coût du passeport pour les personnes majeures est de 86 €, pour les personnes mineurs de plus de 15 ans : 42 €, et pour les mineurs de moins de 15 ans : 17 €.

Votre passeport doit être valide jusqu’à six mois après la date de dépôt de la demande de visa selon la loi australienne.

 

2- LA DEMANDE DE VISA

La demande de visa doit se faire une fois que l’université australienne pour laquelle vous avez postulé vous a accepté dans une de ses formations, et que vous disposez de la lettre d’admission. Vous devez également disposer d’une assurance santé jusqu’au dernier jour de résidence dans le pays.

Voici la procédure pour effectuer votre demande de visa :

  • Connectez-vous sur le site de l’immigration australienne ici : Le visa qui vous intéresse, pour commencer n’importe quel cursus d’études en Australie, est le Student visa (subclass 500).
  • Créez un ImmiAccount : Avec ce système, vous pouvez à tout moment sauvegarder votre demande pour la finir plus tard et/ou rajouter des documents complémentaires (mais pas au delà de 28 jours).
  • Renseignez les champs obligatoires : Surtout, n’utilisez que des lettres (minuscules et majuscules), des chiffres et des tirets.
  • Payer les frais du visa : par carte bancaire et d’un montant de 550 dollars australien.
  • Envoyez la demande et conservez votre TRN : Une fois la demande déposée, en plus d’un reçu de paiement, vous aurez un numéro à conserver, le Transaction Reference Number (TRN). Il est primordial pour :
    • Vous identifier afin de communiquer avec le Département de l’Immigration en Australie.
    • Suivre l’évolution de votre demande en ligne.
  • Recevez l’approbation de votre demande de visa étudiant : Si tout va bien, vous recevrez une “Notification of Grant Letter” par e-mail. Nous vous conseillons de l’imprimer et de la garder avec vous en voyageant. Celle-ci comporte le Visa Grant Number (le numéro de visa accordé) et la date de validité et les conditions de votre visa.

Vous recevrez l’acceptation de votre visa sous 4 semaines donc soyez patient. Il est valable pour toute la durée de vos études + quelques mois supplémentaires (selon votre cursus) et vous permet de rentrer et sortir du pays comme bon vous semble pendant ce laps de temps.

A votre arrivée, vous avez exactement 7 jours pour communiquer votre adresse de résidence australienne à votre établissement.
C’est très simple : connectez-vous à son intranet et mettez vos données personnelles à jour. Si à un moment vous déménagez, par exemple d’une famille d’accueil à une colocation, vous êtes aussi tenus de les en informer en moins d’une semaine.

 

Vous êtes presque prêt pour rejoindre les kangourous, avec tous vos papiers en poche. Et bonne nouvelle, fini les paperasses administratives. Il ne vous manque plus qu’à réserver le billet d’avion !

TRANSPORT : Comment s'y rendre

Pour espérer poser vos bagages sous le soleil de l’Australie, le moyen le plus rapide et économique que je connaisse est l’avion. Les vols débutent à 800 € selon la période et peuvent grimper jusqu’à 1 500 €, et plus même, mais la moyenne serait de 1 100 € l’Aller/Retour depuis Paris.

Notez qu’un vol Aller est presque aussi cher qu’un vol Aller/Retour… Réservez à l’avance pour profiter de tarifs avantageux. La dernière fois que nous y sommes allé, nous avons choisi la compagnie Qatar Airways qui propose des vols avec 1 escale. Comptez 17h à 20h de vol au total.

Si la ville de vos études n’est pas desservie, vous pouvez une fois arrivée sur place, reprendre un vol intérieur pour aller dans des aéroports régionaux non accessibles depuis l’Europe, et ainsi atteindre votre destination finale. D’autres moyens de transports locaux sont disponible tel que le train, le bus…

Si vous n’êtes pas trop loin de l’université vous pouvez marcher, faire du vélo ou faire du covoiturage. Les transports en commun coûte assez cher donc si vous privilégiez ce mode de transport, prenez un forfait au mois pour économiser de l’argent.

Vous pouvez acheter une voiture très facilement en Australie et pour pas très cher (surtout dans l’état du Western Australia). Pour 4 mois sur place, nous avions acheté une voiture 500 dollars que nous avons revendu au même prix. Les démarches administratives sont beaucoup plus simple qu’en France. En route les amis, mais roulez à gauche !

BUDGET : Coût moyen de la vie et des études

1- LES ÉTUDES

Pour les étudiants internationaux, toutes les formations sont payantes. Il n’existe pas de formation gratuite permettant d’obtenir le visa étudiant pour l’Australie.

Les frais de scolarité pour les études universitaires sont les plus onéreuses et coûtent en moyenne 20 000 € par an. Les programme les plus abordables se situent autour de 15 000 € par an et les plus chères autour de 25 000 € par an. Notez que les formations en médecine et médecine vétérinaire sont un cas à part et coûtent 40 000 €/an en moyenne.

Les frais de scolarité pour les études professionnelles sont largement en dessous. Comptez entre 4000 et 6000€ par an en moyenne

Vous trouverez un dossier complet sur le coût des études sur le site Études Australie ici.

Le gouvernement australien offre plusieurs types de bourses aux étudiants étrangers qui sont financées par le ministère de l’éducation. Le site officiel de l’état, en anglais, permet de connaître facilement les organismes délivrant des bourses selon le type et le lieu de formation. Attention cependant, la majorité des bourses s’adressent aux étudiants de niveau master et doctorat, comme c’est le cas dans la majorité des pays anglophones.

Pensez aux bourses françaises grâce à celles proposées par le conseil général, le conseil régional, le CROUS et les organismes privés comme le Rotary club.

 

2- LA VIE QUOTIDIENNE

Depuis quelques années, le coût de la vie en Australie a beaucoup augmenté.

En moyenne, comptez autour de 1 300 dollars par mois pour vivre convenablement (soit environ 900€) selon la ville où vous résidez, logement compris. Attention ce qui crée un trou dans le portefeuille ce sont les sorties (bar, restaurants), l’alcool, les cigarettes, la nourriture “petit plaisir”, les vêtements…

Vous n’êtes plus en France donc vous allez devoir modifier votre façon de consommer. Regardez les “Clear to sale” dans les grandes surfaces (produits date courte) et flâner dans les “second-hand” pour vos achats vestimentaires.

Il y a des astuces pour moins dépenser et économiser votre argent. Retrouvez un article détaillé ici

TRAVAILLER : Jobs étudiants, réglementation

Bonne nouvelle ! Si vous souhaitez gagner un peu d’argent, c’est possible !

1- LA RÉGLEMENTATION

Avec 20 heures de cours par semaine en Bachelor et 12 heures en master, l’enseignement supérieur australien est constitué de manière à ce que les étudiants puissent travailler parallèlement à leurs études. Les jobs étudiants sont rémunérés à 25 $ de l’heure en moyenne (environ 20 €) et vous permettent de financer vos dépenses quotidiennes.

Vous devrez pour cela trouver un petit job étudiant. Vous pouvez cumuler au maximum 40 heures de travail pour deux semaines (hors vacances scolaires, cette limite est levée -> travail temps plein autorisé soit 40h/sem). A savoir que les étudiants qui étudient un Masters’ degree by research or a doctoral degree (PhD), des diplômes centrés sur la recherche, n’ont aucune restriction quand aux heures de travail.

Notez aussi que vous ne pouvez pas travailler avant le début de votre cursus.

 

2- TAX FILE NUMBER

Le Tax Fil Number (TFN) est un impôt prélevé directement sur le salaire. Dès votre arrivée sur le territoire australien, faites-en la demande rapidement sur le site du gouvernement. Il s’agit d’un numéro unique délivré par l’Australian Tax Office (ATO).

Chaque année, suivant le montant vos revenus déclarés auprès de l’ATO, vous aurez à payer ou recevrez de l’argent de la part du gouvernement. Vous pouvez faire cette déclaration tout seul, entre le 1er juillet et le 31 Octobre de l’année ou vous pouvez demander l’aide d’une agnece spécialisée comme Tax Guru ou TaxBack.com

 

3- LA SUPERANNUATION

Comme tous les travailleurs en Australie, vous allez accumuler de l’argent (9,5 % de vos revenus) sur un fond de pension appelé Superannuation dès que vous gagnez plus de 450 $ par mois (pour un même employeur). Il s’agit d’une sorte de cotisation à la retraite mais ce n’est pas vous qui la payez (elle n’est pas prélevée de votre salaire, c’est votre employeur qui doit la verser). Comme pour les taxes, il est possible de récupérer une partie de ces cotisations en fin d’année fiscale ou à votre départ d’Australie.

Lorsque vous allez occuper votre premier emploi en Australie, votre employeur va vous proposer de cotiser à son Superannuation Plan. Les banques peuvent également vous en proposer un (on vous recommande cette option lors de l’ouverture de votre compte bancaire). C’est à vous de voir celui que vous choisissez mais nous vous recommandons de garder les coordonnées du premier Superannuation plan auquel vous allez cotiser, afin de le fournir à tous les employeurs pour lesquels vous allez travailler pendant l’année.

À chaque embauche, vous allez remplir un formulaire sur lequel on vous demande si vous souhaitez cotiser au Superannation fund de l’employeur ou si vous en avez déjà un. En indiquant les coordonnées de votre fond, vous êtes sûr que toutes vos cotisations iront dans un seul et unique fond, ce qui sera beaucoup plus pratique pour récupérer une partie de vos cotisations à votre départ d’Australie.

 

4- VOS RECHERCHES

Avant tout, privilégiez vos recherches dans les secteurs du service, surtout de la restauration et de la distribution (grandes surfaces, restaurants, bars, guesthouses, campus, magasins,…). Si vous êtes muni d’un visa, vous pouvez accéder aux services du Commonwealth Employment Service. Équivalent de notre Pôle Emploi, le site vous proposera une liste d’annonces en fonction de vos critères de recherche. Surfez également sur les sites de recherche d’emploi nombreux sur internet et épluchez les journaux.

Quelques sites de recherche : www.seek.com.auwww.careerone.com.auwww.jobnet.com.auwww.mycareer.com.auwww.gumtree.com

Enfin, le service international de chaque université peut vous aider dans vos recherches. L’idéal est de les contacter lors de la semaine d’intégration et de consulter assidûment leur tableau d’affichage avec les différentes offres disponibles.

Quelques petits conseils :

Lors de vos recherches d’emploi, votre meilleur atout sera votre niveau d’anglais. Plus il est élevé, plus la recherche sera facilitée. En ce qui concerne votre CV, si vous l’envoyer par courrier, privilégiez les enveloppes A4. Les recruteurs n’aiment pas les documents pliés ! Privilégiez les démarches physiques et vous verrez que trouver un travail n’est pas si compliqué que ça, soyez déterminé et persistant car vous n’aurez pas le job idéal au 1er entretien.

Lors d’un entretien physique, parlez de votre expérience professionnelle et de vos compétences, n’hésitez pas à en dire plus (tout le monde sait servir des clients même si vous ne l’avez jamais fait). Si vous avez au delà de 25 ans, précisez-le c’est un atout !

Une chose à éviter : les candidatures spontanées qui n’aboutissent pas vraiment et qui vont vous demander beaucoup de temps pour rien.

HABITER : Comment trouver un logement

  • L’hébergement sur le campus est idéal pour nouer des contacts et s’investir dans sa vie universitaire. Il faut généralement s’inscrire assez tôt et la durée sera d’un semestre minimum pour les universités et 4 semaines pour les centres de langues australiens. Les chambres sont simples avec un coin bureau. Vous pourrez bénéficier des équipements sportifs spécifiques, des activités culturelles et sociales, de la bibliothèque, de salles informatique et d’un suivi académique individuel par un mentor. (Les coûts varient selon la ville et l’université mais se rapprochent de la colocation, environ 220 $ AUD par semaine).
  • Le logement chez l’habitant (famille d’accueil) est une bonne solution si vous ne trouvez pas de place en résidence universitaire. La famille met à votre disposition une chambre meublée, dont le loyer est généralement compris entre 110 et 270 dollars par semaine, soit 300 à 750 €/mois. L’avantage ? Le repas est en général inclus dans la location de la chambre. Les australiens sont très accueillants. Si vous allez dans une famille, il y a de grandes chances que celle-ci vous considère comme membre de la famille à part entière.
  • La colocation est une pratique est très appréciée par les Français. Le loyer est compris entre 70 et 250$ AUS par semaine. Pour trouver une colocation, il faut généralement être sur place. Sachez qu’il est beaucoup plus facile de trouver une coloc’ en Australie qu’en France car presque aucun papier n’est à remplir ou à justifier. Vous trouverez plein d’offres de colocation sur votre campus mais aussi dans les journaux locaux et sur les sites internet spécialisés dans la colocation tels que Flatmates ou EasyRoomate
  • Le logement privé est intéressant puisqu’il vous permet d’être relativement libre et indépendant, ce que vous ne trouverez pas forcément en chambre universitaire. Pour cela, la meilleure façon de trouver le logement de vos rêves est de vous rendre sur des sites de petites annonces immobilières comme RealestateGumtree
  • Le logement provisoire, appelés “Hostels” ou Auberges de jeunesse. Pour cela, renseignez-vous auprès des organisations comme “Youth Hostels Australia” ou “Young Men’s Christian Association” (YMCA) ou réservez une chambre dans un “backpackers hostel”. Il s’agit là d’une solution temporaire.

 

Conclusion : Chaque logement a ses avantages : en résidence étudiante on économise sur les transports, en famille d’accueil on ne dépense rien (ou très peu) pour la nourriture et en colocation le loyer est moins élevé.

SE PROTÉGER : L'assurance santé en voyage

Nul besoin de chercher longtemps pour savoir si vous devez prendre une assurance santé en arrivant en Australie, elle est tout simplement obligatoire !

Le gouvernement australien demande à chaque étudiant de souscrire à l’OHSC, assurance santé à la fois obligatoire et plutôt médiocre. Il est donc conseillé d’ajouter un assureur privé vous couvrant pour tous les coups durs.

A savoir : L’OHSC, coûte environ 100 €/an mais ne couvre pas tout les risques, notamment : les frais dentaires, les médicaments sans ordonnance, la physiothérapie, le traitement de problèmes médicaux déjà existants et ceci pendant les 18 premiers mois en Australie, les problèmes liés à une grossesse pendant les 9 premiers mois en Australie.

Le mieux sera de contracter une couverture supplémentaire avec une assurance française et… qui vous assure à l’étranger. Vous avez le choix entre Chapka, HumanisApril International ou encore la LMDE et son “pack international”. Vous trouverez certainement chaussures à vos pieds. Le prix varie selon les options choisies, le prix moyen est de 30 € par mois.

 

ADRESSES ET SITES UTILES

  • ADRESSES : Les contacts utiles

Ambassade d’Australie à Paris :
4 rue Jean Rey, 75015 Paris
Tél. : +33 (0)1 40 59 33 00
www.france.embassy.gov.au

Consulat de France à Sydney
Level 26, St Martins Tower
31 Market Street
SYDNEY NSW 2000, Australie
Tél : (+61) 2 9268 2400
www.ambafrance-au.org

Consulat de France à Melbourne
342A St Kilda Rd
MELBOURNE VIC 3004, Australie
Tél : (+61) 3 9690 6075
consul.melbourne@ambafrance-au.org

 

  • WEB : Les sites à consulter

Vous pouvez consulter librement les sites suivants pour toutes vos démarches et/ou recherches d’informations. Nous les remercions également pour l’aide à la rédaction de cet article.

Immigration : www.homeaffairs.gov.au

Réclamer votre TFN (N° imposition) : www.ato.gov.au

Guide : www.guide-australie.com

Informations d’ordre général sur les études : www.studyrama.comwww.etudionsaletranger.frwww.digischool.com

Informations sur la vie en Australie :
Life in Australia
www.australiemagazine.com

Programme d’anglais : www.anglaisenaustralie.com

Bourses d’études :
www.erasmusworld.org
www.rotary.org

Liste complète des universités sur universitiesaustralia.edu.au

Informations concernant la Tax Back (impôt) et la Super Annuation (retraite) : guide-australia ou PVTistes

 

ROYAUME-UNI

L'UNIVERSITÉ : Inscription

Le système universitaire comprend 3 niveaux : l’undergraduate (BAC +3/+4), le postdraduate (BAC +4/+5) et le Phd (Doctorat). Étant donné qu’il s’agit d’un pays appliquant le système LMD, les diplômes ont des équivalences en France. Les diplômes qui sont obtenus dans le pays sont automatiquement reconnus en France.

  • NIVEAU BACHELOR (BAC +3/+4)

Les inscriptions au sein des universités en Angleterre sont aujourd’hui facilitées par le système de centralisation UCAS (Universities & colleges admission service) qui vous permet de vous inscrire en ligne. Vous trouverez un lien qui vous donne tous les détails sur les dates d’inscription ainsi que la procédure à suivre ici.
Précision d’importance : les inscriptions sur UCAS sont payantes soit 12 £ (14 €) pour un choix d’établissement, ou 23 £ (28 €) pour deux à cinq choix

  • NIVEAU POSTGRADUATE (MASTER ET DOCTORAT)

Le système UPKASS sert à centraliser les inscriptions mais il n’est toujours bien exploité par les universités. La majorité des inscriptions aux programmes Postgraduate (Master / Doctorat) se font encore sur dossier à envoyer directement à l’école choisie, chacune ayant ses propres critères. Certaines n’hésiteront pas à vous faire passer des tests complémentaires.

Pour que l’inscription soit validée, il vous sera demandé de justifier l’obtention de votre diplôme du Baccalauréat ainsi que votre niveau d’anglais. Les étudiants doivent passer un test de langue (l’IELTS ou le TOEFL) incluant un examen de compréhension et d’expression aussi bien à l’écrit qu’à l’oral. Le score exigé varie selon l’établissement choisi. Le certificat attestant les résultats et la réussite du test doivent figurer dans le dossier.

Votre premier objectif est de décrocher une admission dans une université et ainsi recevoir une lettre d’acceptation. C’est le point de départ de votre futur projet à l’étranger.

 

FORMALITÉS : Vos démarches administratives

Si vous êtes ressortissant français ou ressortissant d’un autre Etat membre de l’Union Européenne (UE) ou de l’Espace Economique Européen (EEE), vous pouvez voyager dans tous les pays de ces zones sans permis de séjour et y travailler, si la durée de l’emploi est de 3 mois maximum.

Si vous séjournez plus de 6 mois ou travaillez plus de 3 mois, il faudra vous faire enregistrer auprès des autorités du pays.

 

1- LE PASSEPORT

Si vous ne possédez pas encore de passeport, vous pouvez vous rendre dans n’importe quelle mairie proche de chez vous, à condition qu’elle soit équipée d’une station biométrique, pour en faire la demande. Vous devez être de nationalité française. Votre présence est indispensable pour procéder à la prise d’empreintes.

Le coût du passeport pour les personnes majeures est de 86 €, pour les personnes mineurs de plus de 15 ans : 42 €, et pour les mineurs de moins de 15 ans : 17 €.

 

2- LE VISA

Vous devez posséder une carte nationale d’identité ou un passeport valide.
Pas de visa nécessaire pour le moment. Après 2019, le Brexit pourrait entraîner une modification des modalités d’échanges.

TRANSPORT : Comment s'y rendre

1- POUR Y ALLER

Pour espérer poser vos bagages en Angleterre, le moyen le plus rapide et économique que je connaisse est l’avion. Les vols débutent à partir de 40 € selon la période avec la compagnie “low cost” Ryanair au départ de Nantes. Le prix moyen du billet pour Londres est de 50 € l’Aller/Retour. Le temps de trajet est de 1h30. Pensez à réserver à l’avance pour profiter de tarifs encore plus avantageux.

Si la ville de vos études n’est pas desservie, vous pouvez une fois arrivée sur place, reprendre un moyen de transport local tel que le train ou le bus.

Le train est un moyen de transport assez court et réalisable (2h30). Vous traverserez la Manche avec l’Eurostar dont le prix moyen pour un aller Paris/Londres est de 130 €.

Il est possible de faire le trajet en bus à partir de 30 €. L’expérience est néanmoins plus fatigante.

 

2- UNE FOIS SUR PLACE

Essayez de trouver un logement pas trop loin de l’université. Vous pourrez ainsi marcher, faire du vélo ou du covoiturage. Les transports en commun sont accessible et bien organisé mais il reste chers au quotidien.

BUDGET : Coût moyen de la vie et des études

1- L’ECOLE

Sachez que les « top up fees », les frais de scolarité, ont connu une augmentation fulgurante en Angleterre.
Voici une idée des frais annuel de scolarité, en moyenne, en Angleterre et selon le niveau :

Niveau Undergraduate ou Bachelor (équivalent d’un Bac +3/Bac +4 français) :
Cours préparatoires : de 4 500 € à 13 500 €
Arts : de 8 000 € à 10 000 €
Sciences : de 8 500 € à 25 000 €
Médecine : de 12 000 € à 28 000 €

Niveau Postgraduate (équivalent d’un Master / Doctorat français) :
Arts et sciences humaines : de  8 000 € à 14 000 €
Sciences : de 8 500 € à 28 500 €
Médecine : de 11 000 € à 40 000 €
MBA : de 4 500 € à plus de 38 000 €

Les frais de scolarité permettent aux écoles anglaises d’investir énormément dans la recherche et dans la qualité de l’enseignement et de leurs infrastructures, ce qui leur a permis d’être aujourd’hui l’un des meilleurs système d’enseignement au monde selon les classements mondiaux des universités.

Dans le cadre d’un échange, le principe est simple. Vous partez étudier un ou deux semestres dans une université partenaire de votre établissement d’origine, et vous payez uniquement les frais de scolarité en France.
De plus, vous bénéficiez d’une bourse Erasmus+ qui vous aide à couvrir vos dépenses. Les étudiants français touchent en moyenne 210 € par mois en Angleterre.

Il existe différents moyens de financer votre séjour en Angleterre. Voici les différentes bourse qui existent :

Les bourses au mérite : l’International Student Scholarship et Entente Cordiale (selon le degrés d’études)

Les bourse anglaises : certaines universités attribuent des bourses à leurs étudiants étrangers. Par exemple, l’UWE (University of the West of England) et l’Université de Bristol offrent chaque année à ses étudiants internationaux en licence ou en master, des bourses couvrant les frais d’une ou de plusieurs années universitaires.

Les bourses françaises notamment celles des collectivités territoriales (conseil régional, conseil général, mairie). Fouillez leurs sites Internet pour connaître les aides proposées. Mais aussi la bourse Leonardo et le CROUS.

À noter : si vous êtes boursier sur critères sociaux, vous continuez de percevoir les versements de votre bourse et bénéficiez d’une aide complémentaire de 400 € par mois. Vous auriez tort de vous en priver !

 

2- LA VIE QUOTIDIENNE

Au Royaume-Uni, le coût de la vie est globalement élevé.

Vous ne ressentirez pas de grande différence avec la France, surtout si vous êtes originaire de la région parisienne. Notez néanmoins des variations entre les villes : Londres est la plus chère  (votre budget mensuel avoisinera les 1.200 €), loin devant Belfast ou Cardiff par exemple.

En ajoutant des frais de scolarité en moyenne de 10 000 €, le budget est donc évalué à 2 200 € mensuel.

 

Une récente étude de Start Echos monte un budget moyen pour un semestre à 12 450 €.
Le site a d’abord calculé le coût mensuel de la vie dans la ville puis a additionné les frais de scolarité pour un semestre.

TRAVAILLER : Jobs étudiants, réglementation

Vous vous posez des questions depuis l’annonce du Brexit ? Pas d’inquiétude à avoir pour le moment, puisque le processus de sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne va prendre de nombreuses années. Les étudiants français peuvent continuer à faire leur année Erasmus en Angleterre et trouver un job étudiant sans avoir besoin de permis de travail ou de visa.

 

Vous aurez le droit de travailler en Angleterre pendant vos études à partir du moment où vous étudiez au moins 6 mois sur place. Aucun permis de travail ou visa n’est nécessaire.

Il est possible de travailler jusqu’à 20h/semaine pendant vos études (cette limite passant à 40 heures pendant les vacances scolaires). Elle est valable pour les étudiants universitaires mais aussi ceux en études linguistiques qui ne préparent pas de diplôme « officiel ».

L’argent gagné grâce à cet emploi ne peut pas servir de garantie à votre entrée en Angleterre.

Voici quelques exemples des domaines vers lesquels vous diriger pour avoir une chance de voir votre candidature acceptée :

  • La restauration : les restaurants, pubs, bars, cafés et fast-foods sont constamment à la recherche de personnel.
  • Les « call center » : très pratique si vous n’êtes pas tout à fait à l’aise avec l’anglais puisque de nombreux centres d’appel cherchent régulièrement des français pour passer ou recevoir des appels avec les pays francophones.
  • Le prêt-à-porter : si vous comptez aller à Londres, capitale la plus influente de la planète fashion, et que vous aimez la mode, foncez déposer votre candidature dans les magasins de vêtements, qui sont constamment à la recherche d’étudiants !
  • La distribution de journaux/flyers : Vous êtes un lève-tôt ? Ce job est pour vous ! En Angleterre, de nombreux postes sont à pourvoir pour distribuer des flyers aux passants dans la rue ou faire la distribution de journaux dans les boites aux lettres.
  • La livraison à domicile : job étudiant par excellence, la livraison à domicile de repas (Pizza Hut), ou tout simplement de biens achetés par Internet (UPS), est un secteur qui n’est pas prêt de s’essouffler en Angleterre.

Le salaire moyen pour un étudiant tourne autour de 6.5 livres de l’heure. Le salaire minimum au Royaume-Unis dépend de l’âge de l’employé. De 18 à 21 ans, il est de 4.25 livres sterling soit 5 euros, et il est de 5.05 livres sterling pour les plus de 21 ans soit 6 euros.

Pour commencer les recherches, la plupart des universités ont un département nommé « Career Service », lisez les journaux locaux ou aller tout simplement proposer vos services à des restaurants ou autres commerces locaux en prospectant par vous-même

Les sites pour trouver des petits boulots :
StudentJob : trouver un job étudiant/saisonnier
Gumtree : annonces de particuliers (emploi et logement).
RestaurantJobs : trouver des jobs dans le domaine de la restauration en Angleterre.
Reed : tous les jobs en Angleterre.

HABITER : Comment trouver un logement

Les logements étudiants sont plutôt chers en Angleterre, surtout à Londres mais l’offre est importante. Les étudiants internationaux se tournent naturellement vers les résidences universitaires, une partie des logements leur étant réservés, et les démarches sont relativement faciles.
Mais d’autres solutions existent, et c’est à vous de choisir celle qui vous convient le mieux :

  • Les logements universitaires coûtent de 350 à 500 € pour une chambre avec pièces communes. Il en existe deux catégories de chambres : Les halls of residence, qui comprennent le logement et les repas en restaurants universitaires. Et les self-catering, qui sont munis de cuisines collectives.
    Pour obtenir une chance de vous procurer une de ces chambres, adressez vous à l’Accommodation Office de votre université, ou le British Universities Accommodation Consortium, regroupement d’universités fournissant des chambres.
  • La colocation est en effet un bon plan pour vivre en communauté dans de grands apparts sans se ruiner. C’est également l’occasion d’apprendre à vivre aux côtés d’autres jeunes, qu’ils soient natifs ou étrangers : une superbe expérience en somme ! Sûrement le mode d’hébergement le plus apprécié des étudiants ! Les apparts se partagent généralement à 4 ou 5 personnes mais ça peut aller jusqu’à 10 flatmates (colocataires). Les prix sont affichés à la semaine et varient suivant la location géographique. Comptez de 250 à 400 € pour une chambre avec pièces communes
    Il existe plusieurs sites Web pour trouver des colocations en Angleterre : GumtreeEasyRoommate, ou SpareRoom et cherchez les bons plans sur les communautés Facebook.
  •  Les auberges de jeunesse sont un bon moyen pour vous loger en attendant de trouver un appartement en colocation ou pour des séjours de courte durée. Les prix varient selon le lieu et les services de chaque auberge. Les auberges de jeunesse proposent un forfait à 10 €/nuit. Idéal donc pour ceux qui veulent rencontrer pleins de jeunes mais un peu compliqué pour étudier… A envisager comme une solution à court terme.
  • Les foyers pour étudiants, dits “Students Hall“, ont des prix très abordables, en particulier si vous prenez une chambre pour 3 ou 4 personnes. Vous pouvez trouver le vôtre sur MyStudentHall, qui répertorie tous les foyers étudiants d’Angleterre. Pour celles et ceux d’entre vous qui comptent partir à Londres, l’International Students House offre des prix corrects.

SE PROTÉGER : L'assurance santé en voyage

En Angleterre, les étudiants peuvent bénéficier gratuitement du service national de santé (NHS).Mais les listes d’attente sont longues et le service privé de meilleure qualité. Pour être remboursé à 100% dans le privé, ils doivent souscrire à une assurance étudiante.

  • Le parcours de soins public, le National Health Service (NHS) : les soins sont gratuits. Le principal inconvénient du service public est l’attente : il faut compter parfois plus d’un an avant de pouvoir consulter un spécialiste. Egalement, faute de moyens suffisants, la qualité des soins n’est pas toujours au rendez-vous. En revanche, il couvre toutes les pathologie et les services sont mieux équipés en cas de pathologie très grave ou très rare.
  • Le système privé : les soins ne sont pas remboursés. Plus réactif, le système privé vous assure d’être soigné rapidement. Egalement, vous pouvez consulter directement un spécialiste en cas de besoin. Par contre, il n’est pas remboursé : pour être couvert, vous devez souscrire à une assurance privée.

Notre conseil :
Affiliez-vous au parcours de soins public et souscrivez en parallèle à une assurance privée telle que Chapka, Humanis ou encore April International et même bien plus encore : SMENO à partir de 40 €/mois et tous vos frais couverts à 100% ou la LMDE et son “pack international”. Vous trouverez certainement chaussures à vos pieds. Le prix varie selon les options choisies, le prix moyen est de 30 € par mois.

 

1- INSCRIPTION AU NHS

Une fois arrivé, choisissez votre General Practitian.  N’attendez pas d’être malade pour le contacter. Pour vous inscrire, allez sur le site du NHS, cherchez le GP le plus proche de chez vous en y entrant votre code postale, et prenez rendez-vous pour compléter les documents d’inscription.
Un GP vous sera attribué d’office, vous n’aurez pas forcément le choix et c’est seulement lui que vous pourrez aller voir si vous en avez besoin.
Vous recevrez ensuite votre numéro NHS (l’équivalent de votre numéro de Sécurité sociale).

 

2- VOTRE CARTE CEAM

S’il vous arrive quelque chose durant votre séjour, vous serez couverts gratuitement dans le cadre du NHS en présentant votre carte européenne d’assurance maladie.
Faites-en la demande, ici, via votre compte Ameli si vous êtes affilié à la CPAM, elle est gratuite !
Vous pouvez ainsi vous faire rembourser des frais médicaux selon les modalités du pays européen où vous vous êtes fait soignés. Les modalités des différents pays à retrouver ici.

La meilleure solution est de faire un check-up avant de partir étudier en Angleterre afin d’éviter toute situation désagréable.

 

ADRESSES ET SITES UTILES

  • ADRESSES : Les contacts utiles

Ambassade de Grande-Bretagne en France
35, rue du Faubourg St Honoré
75383 Paris Cedex 08

Ambassade de France en Grande-Bgretagne
21 Cromwell Road
London, SW7 2EN
Tel : [+44] 020 7073 1200

 

  • WEB : Les sites à consulter

Vous pouvez consulter librement les sites suivants pour toutes vos démarches et/ou recherches d’informations. Nous les remercions également pour l’aide à la rédaction de cet article.

Le dispensaire français (propose des consultations gratuites pendant les six premiers mois de résidence en Grande-Bretagne).

Informations générales : www.studyrama.comwww.etudionsaletranger.frwww.digischool.com

Inscription : UCAS (Universities & colleges admission service) : https://www.ucas.com/

Education UK, site du British Council dédié aux études : http://www.educationuk.org/france/

 

IRLANDE

L'UNIVERSITÉ : Inscription

Le système utilisé est semblable à celui de la Grande-Bretagne, il comprend 3 niveaux : l’undergraduate (BAC +3/+4), le postdraduate (BAC +5) et le Phd (Doctorat). Étant donné qu’il s’agit d’un pays appliquant le système LMD, les diplômes ont des équivalences en France. Les diplômes qui sont obtenus dans le pays sont automatiquement reconnus en France.

Le CAO ou Centrale Applications Office est le système centralisant les inscriptions aux universités en Irlande. Sous forme de portail internet, il permet de rejoindre une formation au sein de l’une des 7 universités du pays et/ou des institutions comme l’Institutes of Technology pour des formations professionnelles.

Les instituts technologiques en Irlande sont au nombre de quatorze et proposent des formations plus axées sur la pratique, notamment dans les domaines du commerce, de l’hôtellerie ou de la restauration, mais aussi dans les sciences, l’informatique, le design, la maîtrise des différents aspects du webmastering.

  • NIVEAU BACHELOR (BAC +3/+4)

Les inscriptions via le CAO coûtent entre 30 à 60 euros selon la date à laquelle vous avez décidé de soumettre votre dossier. La première session commence dès le mois de Novembre et se termine le 1er Février (30 €). La deuxième session comme le 1er Mai jusqu’à la fin du mois de Juin (60 €). Plus vous envoyez votre dossier tôt, moins le montant demandé sera important. Il est possible de soumettre au choix votre dossier en ligne, ou par courrier en version papier.

  • NIVEAU POSTGRADUATE (BAC +5 -> MASTER)

Pour les études supérieures et les institutes of technologies, il vous faudra envoyer votre dossier directement à l’école choisie, chacune ayant ses propres critères et certaines n’hésiteront pas à vous faire passer des tests complémentaires.

Il vous sera demandé de justifier l’obtention de votre diplôme du Baccalauréat ainsi que votre niveau d’anglais, via les tests officiels comme l’IELTS ou le TOEFL.

Votre premier objectif est de décrocher une admission dans une université et ainsi recevoir une lettre d’acceptation. C’est le point de départ de votre futur projet à l’étranger.

FORMALITÉS : Vos démarches administratives

Si vous êtes ressortissant français ou ressortissant d’un autre Etat membre de l’Union Européenne (UE) ou de l’Espace Economique Européen (EEE), vous pouvez voyager dans tous les pays de ces zones sans permis de séjour et y travailler, si la durée de l’emploi est de 3 mois maximum.

Si vous séjournez plus de 6 mois ou travaillez plus de 3 mois, il faudra vous faire enregistrer auprès des autorités du pays.

 

1- LE PASSEPORT

Si vous ne possédez pas encore de passeport, vous pouvez vous rendre dans n’importe quelle mairie proche de chez vous, à condition qu’elle soit équipée d’une station biométrique, pour en faire la demande. Vous devez être de nationalité française. Votre présence est indispensable pour procéder à la prise d’empreintes.

Le coût du passeport pour les personnes majeures est de 86 €, pour les personnes mineurs de plus de 15 ans : 42 €, et pour les mineurs de moins de 15 ans : 17 €.

 

2- LE VISA

Vous devez posséder une carte nationale d’identité ou un passeport valide.
Pas de visa nécessaire

TRANSPORT : Comment s'y rendre

1- POUR Y ALLER

Pour espérer poser vos bagages et fêter la St Patrick en Irlande , le moyen le plus rapide et économique que je connaisse est l’avion. Les vols débutent à 70 € selon la période avec la compagnie “low cost” Ryanair. Le prix moyen du billet pour Dublin est de 100 € l’Aller/Retour. Le temps de trajet est de 1h40. Pensez à réserver à l’avance pour profiter de tarifs encor plus avantageux.

Si la ville de vos études n’est pas desservie, vous pouvez une fois arrivée sur place, reprendre un moyen de transport local tel que le train ou le bus.

Le train est un moyen assez long (environ 8h) mais réalisable pour rallier l’Irlande. Le seul moyen est de passer par l’Angleterre, il faut donc traverser la Manche avec l’Eurostar dont le prix moyen pour un aller Paris/Londres est de 100 €. Une fois à Londres, vous devrez prendre un autre train puis un ferry pour arriver sur les terres irlandaises. Le prix moyen est de 50 € pour un aller Londres/Dublin. Le coût total du trajet est d’environ 150 €.

Il est possible en partant de Cherbourg de prendre le ferry pour la ville de Rosslair mais les prix du ticket sont assez élevés. L’expérience est néanmoins plus fun et différente.

 

2- UNE FOIS SUR PLACE

Si vous n’êtes pas trop loin de l’université vous pouvez marcher, faire du vélo ou du covoiturage. Les transports en commun sont accessible et bien organisé donc n’hésitez pas à les utiliser.

BUDGET : Coût moyen de la vie et des études

1- L’ECOLE

En tant qu’undergraduate francophone, vous ne paierez pas de frais de scolarité  en Irlande. En effet, L’inscription en Bachelor est quasi-gratuite dans les universités publiques pour les membres de l’Union européenne, grâce au programme gouvernemental Free Fees Initiatives.

Les cycles “postgraduates” paieront entre 8000 € et 15 000 € par an selon l’université choisi.

Pour ce qui est des PhD (niveau Doctorat), cela se fait encore une fois au cas par cas mais votre diplôme est souvent financé.

Dans le cadre d’un échange, le principe est simple. Vous partez étudier un ou deux semestres dans une université partenaire de votre établissement d’origine, et vous payez uniquement les frais de scolarité en France.

Il existe différents moyens de financer votre séjour en Irlande, les moyens les plus connus sont ceux du programme européen :
Erasmus : Dans le cadre d’un échange, vous bénéficiez d’une bourse Erasmus+ qui vous aide à couvrir vos dépenses. Les étudiants français touchent en moyenne 180 € par mois en Irlande.
Leonardo : Aide de financement pour vos stage à l’étranger, cette bourse est financée à hauteur de 90 €/semaine.

En outre, beaucoup de collectivités territoriales (conseil régional, conseil général, mairie) abondent cette bourse. Fouillez leurs sites Internet pour connaître les aides proposées.

À noter : si vous êtes boursier sur critères sociaux, vous continuez de percevoir les versements de votre bourse et bénéficiez d’une aide complémentaire de 400 € par mois.

 

2- LA VIE QUOTIDIENNE

Voici une simulation du budget nécessaire pour 36 semaines de cours en Irlande avec un retour en France pendant les vacances :

 Dépenses Budget
 Avion Aller- Retour 130 x 2 = 260 €
 Logement (location chambre appart. Campus) Environ 400 € par mois sur 9   mois = 3 600 €
 Sport 35 €
 Frais de scolarité 40 €
 Assurance (sécu + mutuelle) 220 €
 Nourriture 65 x 34 semaines = 2210 €
 Divers (loisirs sorties, tourisme, shopping, téléphone) 50 x 34 semaines = 1700€
 Total8065 € soit environ 800 €/mois

A savoir : il existe une carte Internationale qui vous permettra de nombreux avantages. L’ISIC ou carte internationale d’étudiant, prouve votre statut à travers le monde. Celle-ci permet également de bénéficier de services et même de réductions. Elle peut s’avérer utile lors de vos trajets ou pour d’autres activités et vous facilitera la vie lors de vos séjours à l’étranger. Pour plus d’information : www.isic.fr.

 

Une récente étude de Start Echos monte un budget moyen pour un semestre à 8 070 €.
Le site a d’abord calculé le coût mensuel de la vie dans la ville puis a additionné les frais de scolarité pour un semestre.

TRAVAILLER : Jobs étudiants, réglementation

En complément des bourses, vous pouvez chercher un petit boulot pour financer vos études. L’hôtellerie et la restauration rapide restent des valeurs sûres. Les magasins recherchent eux aussi fréquemment des étudiants. Démarchez votre futur employeur directement sur le terrain à la recherche de petites annonces.

L’Irlande faisant partie de l’Union européenne, vous n’avez pas besoin de permis de travail, votre pièce d’identité suffit. En tant qu’étudiant, vous pouvez travailler jusqu’à 20h/ semaine.

Les contrats ne manquent pas, surtout si vous vivez dans une grande ville où le tourisme est développé. L’occasion de vous immerger dans la vie irlandaise tout en ajoutant une ligne à votre CV.

Cependant, avant de chercher un emploi, sachez que l’Irlande, bien qu’affichant un taux de chômage assez bas, est soumise à une grande précarité. Ne vous attendez donc pas à être payé des milles et des cents ! En revanche, trouver un job ne pose aucune difficulté.

Procédure de déclaration pour pouvoir travailler :
– Vous inscrire en tant que travailleur auprès du Department of Justice local qui vous remettra un numéro PPS (Personal Public Service Number) afin de vous identifier.
– Vous inscrire au FAS (équivalent de notre Pôle emploi).

Quelques piste de recherches :
Dans la presse, par exemple le Job News, le Irish Times ou le Irish independent.
Auprès d’un cabinet spécialisé dans le placement des Français en Irlande : www.approachpeople.com ; ou encore à l’association des français d’Irlande
Consultez également le site www.irishjobs.ie.

HABITER : Comment trouver un logement

Les logements étudiants sont globalement accessibles financièrement, et l’offre est plutôt importante. Les étudiants internationaux se tournent naturellement vers les résidences universitaires, une partie des logements leur étant réservés, et les démarches sont relativement faciles.
Mais d’autres solutions existent, et c’est à vous de choisir celle qui vous convient le mieux :

  • Les familles d’accueil. Les repas du matin et du soir sont fournis, vous vivez au sein de la famille irlandaise avec ses habitudes, mais vous devez aussi vous pliez aux règles de la maison. L’avantage étant que vous payez moins cher que les autres solutions de logements, et que vous êtes immergé dans la vie et la culture irlandaise.
  • Les logements universitaires sont idéaux si vous aimez l’indépendance. Ils sont généralement plus chers et sont proposés par les universités irlandaises, ce qui permet de faciliter les démarches pour les étudiants expatriés, qui n’ont pas à s’embêter avec la prospection.
    A noter que les chambres peuvent être individuelles, ou se partager entre 4 et 8 étudiants. Contactez votre future université pour plus d’informations.
  • La colocation est en effet un bon plan pour vivre en communauté dans de grands apparts sans se ruiner. C’est également l’occasion d’apprendre à vivre aux côtés d’autres jeunes, qu’ils soient natifs d’Irlande, ou étrangers : une superbe expérience en somme ! Sûrement le mode d’hébergement le plus apprécié des étudiants !
    Il existe plusieurs sites Web pour trouver des colocations en Irlande : <a
    href=”http://www.collegecribs.ie/” target=”_blank” rel=”noopener”>www.collegecribs.ie, www.daft.iewww.easyroommate.comwww.myhome.ie/colleges
    N’hésitez pas non plus à vous adresser auprès du bureau des étudiants de votre université, ou auprès de “l’Irish Council for Overseas Students”.
  •  Les auberges de jeunesse sont un bon moyen pour vous loger en attendant de trouver un appartement en colocation ou pour des séjours de courtes durées. Les prix varient selon le lieu et les services de chaque auberge. De plus en plus souvent, les auberges de jeunesse proposent un forfait “long terme” qui permet aux étudiants de payer un loyer mensuel. Idéal donc pour ceux qui veulent rencontrer pleins de jeunes mais un peu compliqué pour étudier..

SE PROTÉGER : L'assurance santé en voyage

L’Irlande est un pays de l’Union Européenne, et en tant qu’étudiant français, vous pouvez prétendre aux services médicaux du pays gratuitement. A votre arrivée au sein de l’université, vous devrez prouver que vous êtes couverts, dans votre cas via une carte européenne d’assurance maladie.

Faites-en la demande, ici, via votre compte Ameli si vous êtes affilié à la CPAM, elle est gratuite !

Vous pouvez accéder à la très grande majorité des soins gratuitement, ou recevoir un remboursement par la suite. En revanche, tous les soins dans le domaine de l’optique ou du dentaire seront à votre charge. La meilleure solution reste donc de faire un check-up avant de partir étudier en Irlande pendant un semestre voir un an, afin d’éviter toute situation désagréable.

Par mesure de sécurité, vous pouvez contracter une couverture supplémentaire avec une assurance française qui vous assure à l’étranger. Vous avez le choix entre Chapka, HumanisApril International ou encore la LMDE et son “pack international”. Vous trouverez certainement chaussures à vos pieds. Le prix varie selon les options choisies, le prix moyen est de 30 € par mois.

ADRESSES ET SITES UTILES

  • ADRESSES : Les contacts utiles

Ambassade de France en Irlande
66 Fitzwilliam Lane
Dublin 2, D02 HP38
Tel : 00 353 1 277 5000

Central admissions office tower house
Eglinton street – Galway
Tél. : 00 353 9150 9800
www.cao.ie

 

  • WEB : Les sites à consulter

Vous pouvez consulter librement les sites suivants pour toutes vos démarches et/ou recherches d’informations. Nous les remercions également pour l’aide à la rédaction de cet article.

Ministère de l’éducation : www.education.ie

Agence pour l’emploi irlandaise : www.fas.ie

Pour votre logement : www.appartager.com

Informations : www.studyrama.comwww.etudionsaletranger.frwww.digischool.com

ESPAGNE

L'UNIVERSITÉ : Inscription

Pour un séjour de plus de 3 mois, il est nécessaire de prouver votre admission dans un établissement d´études ou scientifique, public ou privé, reconnu officiellement. Tel sera votre premier objectif: recevoir une lettre d’acceptation.

 

Mais avant d’être accepté dans une école, vous allez devoir justifier vos études antérieures et votre niveau d’espagnol. Voici la démarche courante pour s’inscrire dans une université espagnole :

1- VALIDER VOS ACQUIS : “Credencial de Acceso”

NIVEAU BAC : Vous devez obtenir un “credencial de acceso”. Cette équivalence du baccalauréat français est délivrée par l’UNED (Universidad Nacional de Educación a Distancia). Munissez-vous de la photocopie de votre diplôme, du relevé de notes du bac, de vos bulletins de première et terminale, et de votre carte d’identité. Une note sur 10 vous sera attribuée. Obligation de recevoir cette validation pour postuler ensuite.

NIVEAU BTS/ DUT : En Espagne, il n’existe malheureusement pas de formation en deux ans qui s’inscrivent dans le cadre universitaire. En effet, les « Technico  Superior » sont des diplômes en deux ans, mais sont des formations professionnelles ne permettant pas la poursuite d’études. Il vous faudra donc faire homologuer et valider votre diplôme auprès de l’université que vous convoitez afin de pouvoir accéder à sa formation.

NIVEAU LICENCE/MASTER/DOCTORAT : La réforme LMD permet de faire valider vos diplômes sans problème d’équivalence. Le recrutement se fait donc sur dossier avec entretien dans certaines écoles

 

2- TESTER VOTRE NIVEAU LINGUISTIQUE

Certaines universités demandent aux étudiants étrangers d’attester de leur niveau en espagnol. Elles requièrent en général le niveau B1 (intermédiaire). Vous pouvez prouver vos connaissances en passant le DELE (diplôme d’espagnol comme langue étrangère) ou le SIELE (service international d’évaluation de la langue espagnole), un nouveau test équivalent du TOEFL, qui est déployé dans les pays hispanophones.

Les deux examens sonts soutenus par l’institut Cervantès. Des sessions sont organisées dans des centres agréés à Bordeaux, Lyon, Paris, Toulouse pour le DELE; et à Paris, Lyon et Strasbourg, pour le SIELE.

Les niveaux du DELE sont les suivants :

  • Niveau initial (104 euros) : Il atteste d’un niveau suffisant pour comprendre et faire face à des situations élémentaires
  • Niveau intermédiaires (140 euros) : Il atteste d’un niveau suffisant pour faire face à l’ensemble des situations courantes
  • Niveau supérieur (155 euros) : Il atteste d’un niveau permettant de faire face à tous les types de situations.

 

3- LA DEMANDE D’INSCRIPTION

  • Via un programme d’échange

Les étudiants français partent généralement avec le programme européen Erasmus +. Cela permet de réduire considérablement les complications administratives et surtout de bénéficier d’une bourse d’une centaine d’euros environ par mois, qui pourra venir compléter d’autres aides financières éventuelles (prêts nationaux, par exemple).

  • Par vos propres soins en toute indépendance

Vous devez envoyer un dossier à chaque université pour laquelle vous postulez directement via leur site internet, l’Espagne n’ayant pas de système centralisant les demandes. Grâce à l’harmonisation des diplômes européens par le système LME, les démarches sont maintenant bien plus faciles.

Trouver toutes universités sur ce site

FORMALITÉS : Vos démarches administratives

Si vous êtes ressortissant français ou ressortissant d’un autre Etat membre de l’Union Européenne (UE) ou de l’Espace Economique Européen (EEE), vous pouvez voyager dans tous les pays de ces zones sans permis de séjour et y travailler, si la durée de l’emploi est de 3 mois maximum.

 

1- VOTRE NUMÉRO NIE

Si vous séjournez plus de 3 mois , il faudra vous enregistrer auprès des autorités du pays.

Dès votre arrivée, faites la demande d’un NIE (numéro d’identification pour étranger). Ce matricule est l’équivalent de votre carte d’identité espagnole et il vous sera nécessaire dans de nombreuses démarches : ouverture d’un compte en banque, abonnement téléphonique, abonnement aux transports en commun, la souscription à un service de distribution d’eau, d’électricité ou de gaz…

Pour l’obtenir, prenez rendez-vous au commissariat ou au bureau d’immigration de votre ville. Attention, les délais peuvent être longs, notamment à Barcelone et à Madrid.

Ce numéro est valable 5 ans et coûte 15,50 €.

 

2- LE VISA

Vous devez posséder une carte nationale d’identité ou un passeport valide.
Pas de visa nécessaire.

 

3- VOTRE PASSEPORT

Si vous ne possédez pas encore de passeport, vous pouvez vous rendre dans n’importe quelle mairie proche de chez vous, à condition qu’elle soit équipée d’une station biométrique, pour en faire la demande. Vous devez être de nationalité française. Votre présence est indispensable pour procéder à la prise d’empreintes.

Le coût du passeport pour les personnes majeures est de 86 €, pour les personnes mineurs de plus de 15 ans : 42 €, et pour les mineurs de moins de 15 ans : 17 €.

TRANSPORT : Comment s'y rendre

1- POUR Y ALLER

Pour espérer poser vos bagages sous le soleil espagnol, le moyen le plus rapide et économique que je connaisse est l’avion. Seulement 1h30 à 2h de trajet selon les villes de départ et d’arrivée. De nombreuses compagnies “low cost” desservent le pays, et il est possible d’obtenir un Aller/Retour à partir de 90 € si le billet est réservé assez tôt ou bien dans le cadre d’une offre promotionnelle.

Le train est très intéressant si vous partez du sud de la France. Cependant, il est possible de faire Paris –Madrid en train de nuit avec des Aller/Retour débutant à 140 €. De nombreuses villes sont disponibles, attendez vous seulement à utilisez les transports locaux une fois sur place.

Il est possible de faire le trajet en bus à partir de 40 €. Il part de toutes les villes de France, avec des compagnies comme Eurolines, Flixbus, Ouibus.  Les billets sont vraiment peu chers, mais le trajet est long et vous risquez d’être vraiment fatigué à l’arrivée.

Votre voiture pourra vous emmener jusqu’en Espagne pour environ 90 € (depuis Nantes) selon votre ville de Départ. La route est fatigante mais vous aurez votre moyen de locomotion su place.
Info : Au-delà de 183 jours de présence en Espagne, un véhicule doit aussi être immatriculé et assuré dans le pays, même si vous n’y séjournez que pour étudier temporairement.

 

2- UNE FOIS SUR PLACE

Essayez de trouver un logement pas trop loin de l’université. Vous pourrez ainsi marcher ou faire du covoiturage.

Les grandes villes disposent d’un réseau de métro et de bus étendu. Madrid et Barcelone possèdent chacune une douzaine de lignes, Valence sept, Malaga trois… Le ticket coûte en moyenne 1,50 € mais des abonnements mensuels intéressants sont proposés aux étudiants. Le pass mensuel à Madrid coûte, par exemple, 20 € pour les moins de 26 ans.

Pensez aussi au vélo ! C’est un moyen de transport répandu, soleil oblige. À Barcelone, l’abonnement annuel au “Bicing” (le vélo en libre-service) coûte moins de 50 €.

BUDGET : Coût moyen de la vie et des études

1- L’ECOLE

  • Inscription par vos soins

Les universités publiques restent relativement bon marché, avec des frais d’inscription variant de 500 € à 1.300 € l’année.

Disons que le coût moyen d’une première année de Grado (équivalent de la Licence) dans une établissement publique est de 1 000 € et celui d’une année de Master de 1 900 €.

Dans le privé, comptez entre 5.000 € et 13.000 € par an, soit dix fois plus. Les frais de scolarité sont fixés librement, sans aucune limite. Une année de Master se situe environ à 8 000 € mais attention certaines formations peuvent atteindre jusqu’à 20 000 euros par an.

L’Espagne est divisée en 17 communautés autonomes et que chacune fixe elle-même le prix d’un crédit ECTS. À titre d’exemple, les frais d’inscription sont plus élevés en Catalogne (de 25 € à 158 € environ par crédit) qu’en Andalousie (de 12 € à 29 € par crédit). Pour calculer le coût total de vos frais universitaires, il suffit de multiplier le nombre de crédits total (30 pour un semestre, 60 pour une année universitaire complète) par le montant fixé.

 

  • Dans le cadre d’un échange

Le principe est simple. Vous partez étudier un ou deux semestres dans une université partenaire de votre établissement d’origine, et vous payez uniquement les frais de scolarité en France.

Il existe différents moyens de financer votre séjour en Irlande, les moyens les plus connus sont ceux du programme européen :
Erasmus : Dans le cadre d’un échange, vous bénéficiez d’une bourse Erasmus+ qui vous aide à couvrir vos dépenses. Les étudiants français touchent en moyenne 180 € par mois en Irlande.
Leonardo : Aide de financement pour vos stage à l’étranger, cette bourse est financée à hauteur de 90 €/semaine.

En outre, beaucoup de collectivités territoriales (conseil régional, conseil général, mairie) abondent cette bourse. Fouillez leurs sites Internet pour connaître les aides proposées.

À noter : si vous êtes boursier sur critères sociaux, vous continuez de percevoir les versements de votre bourse et bénéficiez d’une aide complémentaire de 400 € par mois.

Plus d’infos sur les bourses espagnoles

 

2- LA VIE QUOTIDIENNE

La vie est plus abordable en Espagne qu’en France. Toutefois, on constate de fortes variations entre le nord et le sud du pays. Les villes de Barcelone et Madrid étant, de loin, les plus chères du pays.

Le budget mensuel s’élève en moyenne à 750 € par mois pour un étudiant en échange Erasmus+. Il peut monter à 1.000 € dans les grandes villes où le prix des loyers est plus élevé.

Voici un estimatif des dépenses à Madrid :

  • Loyer : Madrid propose de nombreux logements étudiants à des prix abordables. Si vous cherchez bien, vous pouvez tout à fait trouver une chambre en colocation à 400 €/mois.
  • Transport : un abonnement mensuel revient à seulement 20 € pour les étudiants à Madrid. Votre pass vous permet d’accéder à n’importe quelle zone de la ville
  • Alimentation : On peut estimer le coût de l’alimentation à environ 200 €/mois lorsqu’on étudie à Madrid (hors sorties au restaurant).
  • Sport : 50€/mois
  • Assurance et mutuelle : 25 €/mois
  • Loisirs (téléphone, shopping, tourisme, restos, bars) : 200 €/mois

A savoir : il existe une carte Internationale qui vous permettra de nombreux avantages. L’ISIC ou carte internationale d’étudiant, prouve votre statut à travers le monde. Celle-ci permet également de bénéficier de services et même de réductions. Elle peut s’avérer utile lors de vos trajets ou pour d’autres activités et vous facilitera la vie lors de vos séjours à l’étranger. Pour plus d’information : www.isic.fr.

 

Une récente étude de Start Echos montre un budget moyen pour un semestre à 5 692 €.
Le site a d’abord calculé le coût mensuel de la vie dans la ville puis a additionné les frais de scolarité pour un semestre.

TRAVAILLER : Jobs étudiants, réglementation

1- LES JOBS ETUDIANT

Les petits contrats ne manquent pas en Espagne, surtout dans les villes où le tourisme est très développé. C’est pour vous l’occasion de financer une partie de vos études ou simplement d’arrondir les fins de mois tout en gardant du temps pour profiter de la vie étudiante.

Vous n’avez pas besoin de visa ou de permis de travail, uniquement de votre pièce d’identité et de votre NIE (numéro d’identification d’étranger).

Vous pouvez proposer vos services pour donner des cours de langue ou faire du baby-sitting. Vous pouvez également travailler dans un bar, soit derrière le comptoir en roi des cocktails, soit dans la rue pour rameuter les clients. La restauration rapide ou les babysitting sont aussi porteurs d’emplois.

Quelques idées à exploiter :

Le Club Teli est une association (loi 1901) créée en 1992 qui vise à faciliter la mobilité internationale en proposant des offres d’emploi ou de stages à pourvoir et un suivi personnalisé qui permet aux candidats d’avancer dans leur projet. Plus d’infos sur www.teli.asso.fr

Vous pouvez profiter des services d’EURES (Portail européen sur la mobilité de l’emploi), réseau de coopération entre la Commission européenne et les services publics nationaux pour l’emploi des États membres. Le réseau possède une banque de données relatives aux offres d’emploi des pays membres mais aussi une banque de données contenant des informations générales et des informations sur les conditions de vie et de travail dans ces pays.

 

2- LES STAGES

L’association franco-espagnole Dialogo peut vous aider à trouver un stage sur l’intégralité du territoire ibérique. Il existe néanmoins de nombreux sites répertoriant des offres de stages. En voici une sélection :

Le site de la Chambre de commerce d’Espagne en France, de la Chambre de commerce et d’industrie franco-espagnole ou celui de la Chambre de commerce de France à Barcelone.

Le site CursusMundus ou encore le moteur de recherche Opcion Empleo

 

A savoir : Les magasins ouvrent vers 11h et marquent une pause entre 13h et 16h la plupart du temps, pour ensuite reprendre jusqu’à 21h, alors que la majorité des magasins français ferment vers 19h. Les administrations en revanche ne sont pour la plupart ouvertes uniquement le matin dès 9h voir 8h, et ferment vers 14 heures.

HABITER : Comment trouver un logement

  • Les résidences universitaires dit “Colegios mayores”

Les étudiants peuvent choisir de vivre en résidences universitaires situées sur les campus. La location d’une chambre est variable et peut tout de même aller jusqu’à plus de 800 € par mois. Ce prix inclut généralement un vaste éventail de services : électricité, Internet, ménage, les activités sportives et culturelles. Elles proposent parfois aussi les repas. Certaines résidences universitaires (residencias universitarias), situées à proximité des campus, offrent des chambres à des tarifs plus avantageux mais pas autant de services.
Renseignez-vous auprès du “servicio de alojamiento”, le service de logement de l’université que vous avez choisie.

  • La colocation dit “piso a compartir”

C’est souvent l’alternative la plus économique (entre 100 et 400 € en fonction de la ville) et la plus pratiquée.
Pour trouver une colocation, vous pouvez déblayer le terrain depuis la France sur Internet, mais le mieux reste de vous rendre sur place une ou deux semaines avant la rentrée. Réservez une auberge de jeunesse temporairement !
Plusieurs sites, comme idealista ou fotocasa, les répertorient. Vous pouvez également en retrouver dans la rubrique “Alquiler” des journaux “El País”, “El Mundo” et “La Vanguardia”.

  • Les étudiants français sur place

Contactez dès l’année précédente des étudiants français en échange. L’un d’eux pourra peut-être vous céder son appartement à son départ. Comptez entre 150 à 350 € par mois pour une chambre, selon les villes.

  • Les familles d’accueil

Comptez environ 400 € tout compris pour un hébergement en famille.

SE PROTÉGER : L'assurance santé en voyage

L’Espagne est un pays de l’Union Européenne, et en tant qu’étudiant français, vous pouvez prétendre aux services médicaux du pays gratuitement. A votre arrivée au sein de l’université, vous devrez prouver que vous êtes couverts, dans votre cas via une carte européenne d’assurance maladie (CEAM).

Faites-en la demande, ici, via votre compte Ameli si vous êtes affilié à la CPAM. Pensez à faire la démarche au moins 15 jours avant votre départ. Elle est gratuite !

Attention : certains tarifs peuvent être supérieurs à ceux pratiqués en France : n’hésitez pas à compléter votre protection sociale par une extension internationale de votre mutuelle santé.
Vous pouvez contracter une couverture supplémentaire avec une assurance française qui vous assure à l’étranger. Vous avez le choix entre Chapka, HumanisApril International ou encore la LMDE et son “pack international”. Vous trouverez certainement chaussures à vos pieds. Le prix varie selon les options choisies, le prix moyen est de 25 € par mois.

NB : Les universités peuvent proposer des programmes d’assurance aux étudiants internationaux de moins de 28 ans afin de couvrir les frais non remboursés normalement par leur sécurité social. Ces programmes accessibles à tous, ne sont pas toujours proposés partout.

ADRESSES ET SITES UTILES

  • ADRESSES : Les contacts utiles

Ambassade de France à Barcelone
Ronda de la Universitat, 22 bis,
08007 BARCELONA
Tél : (+34) 93 270 30 00

Ambassade de France à Madrid
Calle Salustiano Olózaga, 9
28001 MADRID
Tél : (+34) 91 423 89 00

Ambassade d’Espagne à Paris
22 avenue Marceau
75008 Paris
Tél. : 01 44 43 18 00

 

  • WEB : Les sites à consulter

Vous pouvez consulter librement les sites suivants pour toutes vos démarches et/ou recherches d’informations. Nous les remercions également pour l’aide à la rédaction de cet article.

Un site consacré à Barcelone : https://bonjourbarcelone.fr/

Le ministère de l’Education espagnol : http://recursostic.educacion.es/bancoimagenes/web/.

Les universités espagnoles : www.universia.es.

Informations : www.studyrama.comwww.etudionsaletranger.frwww.digischool.com / www.letudiant.fr

 

LETTONIE

L'UNIVERSITÉ : Inscription

Vous devez envoyer un dossier à chaque université pour laquelle vous postulez directement via leur site internet, la Lettonie n’ayant pas de système centralisant les demandes.

Je vous décris ici une procédure type pour souscrire et entrer dans une université publique mais sachez que chaque université à son propre critères de sélections et ses propres façons de faire. Pour tout savoir sur les dates de réception des dossiers, les frais d’inscription, les documents à envoyer… université par universitéRendez-vous sur ce lien.

 

1- DIPLOME ETRANGER : Reconnaissance académique

Après avoir reçu tous les documents requis à votre inscription, conformément à la législation de la République de Lettonie, l’université transmettra vos documents d’éducation (diplômes) au centre d’information universitaire (AIC, www.aic.lv ) pour reconnaissance. Vous serez informé par voie électronique de la décision . Ce processus de reconnaissance de diplôme peut prendre 3 à 4 semaines. Une décision positive donne le droit de poursuivre le processus d’admission.

2- CANDIDATER : Type de document pour le dossier de candidature

  • Formulaire de candidature au baccalauréat, aux études de master ou formulaire de candidature au doctorat (complétez le formulaire respectif par voie électronique, imprimez-le et signez-le);
  • Copie du passeport;
  • Copie des documents indiquant votre formation antérieure (diplôme, relevé de notes) dans la langue d’origine. Si le document n’est ni en anglais ni en letton, une traduction notariée en anglais doit également être fournie.
  • Copie d’un document indiquant votre maîtrise de l’anglais (IELTS, TOEFL, etc.), si votre langue maternelle n’est pas l’anglais. Une interview en ligne sera organisée si vous ne pouvez fournir aucun certificat (obtenez plus d’informations à l’étape 5);
  • Copie du récépissé confirmant le paiement des frais de demande 155 EUR (demander facture si nécessaire). Les frais de candidature ne sont pas remboursables et vous devrez prendre en charge les frais bancaires éventuels.

Documents supplémentaires pour les étudiants candidats à un doctorat:

  • Curriculum vitae;
  • Lettre de recommandation;
  • Un aperçu des sources de financement pour les non-citoyens de l’UE (pour les frais de scolarité, le coût de la vie et les coûts de la recherche).

3- NIVEAU DE LANGUE : Test de vérification

Un niveau C1 ou C2 est requis pour faire des cursus d’études en langue lettone.
es universités organisent des cours de langue en particulier pour les étrangers qui viennent en séjour Erasmus. On leur délivre des attestations du niveau de langue atteint.
Pour les filières d’études en langue anglaise il est demandé un diplôme attestant les connaissances linguistiques (TOEFL, IELTS…).

4- TEST D’ENTREE : Examen en ligne

L’examen d’admission est effectué en ligne et est obligatoire pour tous les candidats qui postulent pour un programme de licence. Veuillez vérifier les conditions d’admission de chaque programme d’études. Les étudiants de niveau master sont dispensés de l’examen d’entrée.

5- LETTRE D’ADMISSION : Confirmation du lieu de l’étude

Après avoir satisfait aux exigences de l’étape 4, l’université émettra une lettre d’acceptation, un contrat d’étude et, éventuellement, un contrat de location pour l’hébergement en dortoir sur le campus.

 

Votre premier objectif est de décrocher une admission dans une université et ainsi recevoir une lettre d’acceptation. C’est le point de départ avant toutes autres démarches.

 

FORMALITÉS : Vos démarches administratives

Si vous êtes ressortissant français ou ressortissant d’un autre Etat membre de l’Union Européenne (UE) ou de l’Espace Economique Européen (EEE), vous pouvez voyager dans tous les pays de ces zones sans permis de séjour et y travailler, si la durée de l’emploi est de 3 mois maximum.

Vous devez seulement posséder une carte nationale d’identité ou un passeport valide.

 

1- VOTRE PASSEPORT

Si vous ne possédez pas encore de passeport, vous pouvez vous rendre dans n’importe quelle mairie proche de chez vous, à condition qu’elle soit équipée d’une station biométrique, pour en faire la demande. Vous devez être de nationalité française. Votre présence est indispensable pour procéder à la prise d’empreintes.

Le coût du passeport pour les personnes majeures est de 86 €, pour les personnes mineurs de plus de 15 ans : 42 €, et pour les mineurs de moins de 15 ans : 17 €.

 

2- VOTRE PERMIS DE SÉJOUR

Pour les séjours de plus de 6 mois, vous devez vous inscrire auprès du consulat de France en Lettonie. Cette inscription est gratuite et facilite les démarches administratives.

Un permis de résidence est requis pour un séjour de plus de 3 mois. Formulaire de demande en ligne ici
La procédure d’obtention du permis de séjour peut durer plus d’un mois. Assurez-vous d’en faire la demande dès votre arrivée sur le territoire. Une fois le permis de séjour acquis, il sera valable un an et doit être prolongé chaque année.

 

TRANSPORT : Comment s'y rendre

1- POUR Y ALLER

Pour espérer poser vos bagages en Lettonie, le moyen le plus rapide et économique que je connaisse est l’avion. Les vols débutent à partir de 150 € selon la période avec la compagnie AirBaltic. Le prix moyen du billet pour Riga est de 240 € l’Aller/Retour. Le temps de trajet est d’environ 5h. Pensez à réserver à l’avance pour profiter de tarifs encore plus avantageux.

Si la ville de vos études n’est pas desservie, vous pouvez une fois arrivée sur place, reprendre un moyen de transport local tel que le train ou le bus.

 

2- UNE FOIS SUR PLACE

Essayez de trouver un logement pas trop loin de l’université. Vous pourrez ainsi marcher, faire du vélo ou du covoiturage. Les transports en commun sont accessible et bien organisés. Le forfait mensuel s’élève à 16 €.

BUDGET : Coût moyen de la vie et des études

1- L’ECOLE

Le coût des études varie d’un établissement et d’un programme à l’autre. Cela va de 1 600 € par année de formation dans le secteur du social (4 ans d’études) et certains Bachelors, à 15 000 € par an pour une formation de dentiste par exemple (5 années d’études), ou 25 000 € par an pour un Master dans le domaine du commerce (MBA).

Les frais de scolarités d’un programme d’études courant sont, en moyenne, les suivants :
Sciences médicales : 7 000 € à 15 000 €
Études commerciales et science de la gestion : 2000 € à 6000 €
Ingénierie et technologie : 2 200 € à 4 000 €
Mathématique et informatique : 2 000 € à 4 000 €

Plus d’informations sur les frais de scolarité sur le site Study in Latvia.

Il existe différents moyens de financer votre séjour, les moyens les plus connus sont ceux du programme européen :
Erasmus : Dans le cadre d’un échange, vous bénéficiez d’une bourse Erasmus+ qui vous aide à couvrir vos dépenses. Les étudiants français touchent en moyenne 180 € par mois en Irlande.
Leonardo : Aide de financement pour vos stage à l’étranger, cette bourse est financée à hauteur de 90 €/semaine.

En outre, beaucoup de collectivités territoriales (conseil régional, conseil général, mairie) abondent cette bourse. Fouillez leurs sites Internet pour connaître les aides proposées.
À noter : si vous êtes boursier sur critères sociaux, vous continuez de percevoir les versements de votre bourse et bénéficiez d’une aide complémentaire de 400 € par mois. Vous auriez tort de vous en priver !

Plus d’infos sur les bourse en Lettonie

 

2- LA VIE QUOTIDIENNE

Le niveau de vie de la Lettonie, comparativement aux autres pays européens, est plutôt bas.

Pour un budget moyen comprenant la nourriture, le transport et les loisirs, compter environ 450 € par mois. Ceci peut varier selon que l’on se trouve à Riga ou à la campagne.

 

Une récente étude de Start Echos monte un budget moyen pour un semestre à 4 105 €.
Le site a d’abord calculé le coût mensuel de la vie dans la ville puis a additionné les frais de scolarité pour un semestre.

TRAVAILLER : Jobs étudiants, réglementation

Les étudiants ressortissants de l’UE ont en principe le droit de travailler sans restriction ni limitation dans le temps. Aucun permis de travail ou visa n’est nécessaire.

Le salaire horaire moyen oscille entre 8 et 10 €.

Voici quelques exemples des domaines vers lesquels vous diriger pour avoir une chance de voir votre candidature acceptée :

  • La restauration : les restaurants, pubs, bars, cafés et fast-foods sont constamment à la recherche de personnel.
  • Le bâtiment en tant que “manoeuvre” (main d’oeuvre)
  • Hôte / Hôtesse d’accueil dans les magasins, les hôtels, les salons,…
  • Professeur de français ou anglais ou autre
  • Animateur dans un centre de loisirs

 

Vous trouverez des annonces et diverses information sur le site officiel de l’emploi (égal au pôle emploi chez nous)

HABITER : Comment trouver un logement

Les logements étudiants sont globalement accessibles financièrement mais l’offre n’est pas très grande, surtout des les universités et le marché est instable, même pour les habitants.

  • Les logements universitaires sont une des seules solution pour se loger mais toutes les universités n’en possèdent pas. Certaines d’entre elles disposent de chambres dans des dortoirs étudiants ou aident leurs étudiants à se loger. Les chambres peuvent coûter de 50 à 300€/mois. Peu de places sont réservées pour les étudiants étrangers. Renseignez-vous directement auprès de votre université.
  • La colocation pourrait être une bonne formule mais il faudra vous organiser avec d’autres étudiants sur les réseaux sociaux comme Facebook.

Pour la recherche d’un logement, les canaux habituels sont conseillés : petites annonces, agences immobilières, annonces dans les lieux fréquentés par les jeunes, universités.
Pensez aussi à vous adresser directement à l’office du tourisme de votre ville d’accueil et surtout au conseiller d’étudiant que vous avez choisi à l’université.

Voici quelques agences de location : Aparta – Latio – Rentinriga

 

SE PROTÉGER : L'assurance santé en voyage

La Lettonie est un pays de l’Union Européenne, et en tant qu’étudiant français, vous pouvez prétendre aux services médicaux du pays gratuitement. Sachez qu’il est d’obligatoire d’avoir une couverture sociale. A votre arrivée au sein de l’université, vous devrez prouver que vous êtes couverts, dans votre cas via une carte européenne d’assurance maladie.

Faites-en la demande, ici, via votre compte Ameli si vous êtes affilié à la CPAM, elle est gratuite !

Vous pouvez accéder à la très grande majorité des soins gratuitement, ou recevoir un remboursement par la suite. Mais renseignez-vous sur les modalités de remboursement et sur les frais pris en charge notamment pour les soins dentaires et optiques.

Par mesure de sécurité, il est conseillé de contracter une “assurance voyage” supplémentaire avec une assurance française qui vous assure à l’étranger. Vous avez le choix entre Chapka, HumanisApril International ou encore la LMDE et son “pack international”. Vous trouverez certainement chaussures à vos pieds. Le prix varie selon les options choisies, le prix moyen est de 30 € par mois.

ADRESSES ET SITES UTILES

  • ADRESSES : Les contacts utiles

Ambassade de France en Lettonie
Raiņa bulvāris 9,
Centra rajons,
RIGA, LV-1050, Lettonie
Tél : (+371) 67 036 600

Ambassade de Lettonie en France
6, Villa Said
75116 Paris

 

  • WEB : Les sites à consulter

Vous pouvez consulter librement les sites suivants pour toutes vos démarches et/ou recherches d’informations. Nous les remercions également pour l’aide à la rédaction de cet article.

Informations touristiques : latvia.travel

Informations sur l’enseignement supérieur : www.studyinlatvia.eu

Informations générales : www.euroguidance-france.orgwww.expat.comwww.onisep.fr

N’étant plus dans le cursus scolaire depuis plusieurs années maintenant, il se peut que certaines données importantes n’aient pas été abordées.Dans ce cas, nous vous invitons à le préciser en commentaire et nous nous ferons une joie de compléter cet article pour qu’il réponde exactement à vos besoins.

écrit avec amour par Julien

Tu as aimé cet article

Partage-le avec ta mère, ton père, tes soeurs et tes frères ohoh et toute la terre entière !

Tu as envie de papoter

Laisse-nous un petit ou un grand commentaire juste en dessous. On se fera un plaisir de te répondre.

POUR CONTINUER LA LECTURE

Start typing and press Enter to search

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER
Rejoignez la balade !
Vous voulez suivre l'aventure,
recevoir les derniers articles, conseils, photos... 
S'INSCRIRE
close-link